L’obésité n’est pas toujours synonyme de maladie

Être obèse ne veut pas dire forcément avoir des problèmes de santé, telle est la conclusion à laquelle sont arrivés des chercheurs américains dans une étude publiée lundi par les «Archives of Internal Medicine» (archives de la médecine interne), une publication de l’American Medical Association. Selon cette étude, plus de la moitié des adultes en surpoids et presque un tiers d’adultes obèses sont considérés comme étant «métaboliquement en bonne santé» avec une tension artérielle et des niveaux de cholestérol normaux malgré leur poids. L’étude menée par une équipe de nutritionnistes et épidémiologistes de l’Albert Einstein College of Medicine à l’université de Yeshiva, New York, souligne que le nombre de la population en surpoids ou obèse aux Etats-Unis avoisine les 56 millions. «Ces données montrent qu’une proportion considérable d’adultes en surpoids ou obèse aux Etats-Unis est métaboliquement en bonne santé, alors qu’un nombre non négligeable d’adultes avec des poids normaux souffrent d’anomalies cardio-métaboliques», constatent les auteurs de cette étude. Ainsi, le fait d’être mince ne signifie pas toujours être en bonne santé, selon cette étude qui montre qu’un quart des gens ayant un poids normal (16 millions) présente des risques de maladies cardiaques ou de cholestérol.
Cette étude, basée sur des évaluations de l’état de santé au niveau national de 5.440 adultes sur une période de 5 ans, a comparé le poids du corps avec des anomalies cardiaques, taux de cholestérol élevé et autres facteurs. Cependant, même si l’étude tente ainsi de démentir les stéréotypes selon lesquels obésité équivaut à maladie, elle met en garde les gens contre toute tentation de se gaver, et prévient que l’inactivité, la cigarette et tout ce qui cause l’obésité demeurent des facteurs à risque potentiels. Paul Campos, auteur de «The Diet Myth: Why America’s Obsession with Weight is Hazardous to Your Health» (le mythe du régime: pourquoi l’obsession de l’Amérique concernant le poids est dangereuse pour votre santé », s’insurge lui contre tous ceux qui lient l’obésité à la maladie. Pour ce professeur de droit a l’université du Colorado, tout cela a été « systématiquement exagéré » par des études menées par des chercheurs en matière de santé publique et dont certaines ont été financées par des compagnies pharmaceutiques ou par l’industrie du régime qui rapporte 50 milliards de dollars par an.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *