L’univers fascinant de six artistes peintres résidant à l’étranger

L’univers fascinant de six artistes peintres résidant à l’étranger

C’est une belle expérience que vivent actuellement six artistes peintres marocains résidant à l’étranger. Amoureux de la ville blanche et ayant pour leur majorité participé dans les précédentes éditions du Moussen d’Asilah, ils exposent jusqu’au 31 août au Centre Hassan II des rencontres internationales. Cette exposition, qui s’inscrit dans le cadre de ce 30ème festival culturel international d’Asilah, met en exergue l’expérience artistique de ces peintres dans leur pays d’accueil qui reflète une véritable intégration et coexistence avec les différentes cultures. Elle témoigne aussi d’une grande créativité de ces artistes et de leur passion pour la nature et la richesse patrimoniale du Maroc.
Depuis son  vernissage qui a eu lieu, le 3 août dernier, journée inaugurale du Moussem culturel d’Asilah, l’exposition de ces six artistes peintres connaît une grande affluence. «Je trouve cette expérience très fascinante et significative. Cela nous fait ressentir l’intérêt que nous accorde  notre pays en nous invitant à participer à de telles manifestations culturelle et artistique organisées au Maroc. Ma participation à cette exposition collective m’a permis de rencontrer des artistes peintres marocains  qui jouissent d’une belle réputation aussi bien dans leur pays d’accueil qu’à l’étranger et avec lesquels je noue des liens d’amitié», confie l’artiste peintre El Houssine Mimouni qui vit depuis 26 ans en France et un familier du Moussem d’Asilah.
Fasciné par la nature de son pays, ce lauréat de l’Ecole des Beaux-arts de Tours (France) garde toujours en sa mémoire la beauté de chaque région au Maroc et qu’il réussit à décrire grâce à ses œuvres. Celles- ci sont le résultat de ses découvertes qu’il effectue pendant ses multiples voyages. «Mes œuvres avec lesquelles je participe à cette exposition sont le reflet de mes lectures et mes voyages. C’est aussi la beauté de multiples paysages dont se distingue le Maroc. Et comme je suis attiré par les gravures, je demeure toujours fasciné par les gravures rupestres de l’Oukaïmeden qui datent de près de 2100 avant Jésus Christ», explique- t-il.
Originaires de différentes régions du Maroc, ces artistes peintres essaient de décrire leur manière de vie à l’étranger et leur nostalgie pour le Maroc. Comme c’est le cas de l’artiste peintre marocain Khalid El Bekay qui réside depuis dix-huit ans en Espagne. En plus de sa participation à cette exposition collective, ce dernier qui participe cette année et pour la cinquième fois au Moussem d’Asilah prend aussi part à l’atelier de gravure et dans l’encadrement des étudiants des Beaux-arts. «J’ai gardé dans cette collection de mes toiles que j’expose actuellement mon style qui distingue depuis toujours mon parcours artistique. La théière et le verre de thé y sont bien présents. Ce qui exprime ma nostalgie constante pour le Maroc. Et comme c’est le cas dans mes expositions à l’étranger, j’essaie de montrer à travers cette exposition collective, la coexistence culturelle et mon grand amour pour mon pays d’origine» précise l’artiste peintre Khalid El Bekay.
Cette exposition collective a été marquée aussi par les toiles de l’artiste peintre casablancaise Aziza Aloui qui travaille depuis plusieurs années comme traductrice en Mexique. Elle présente à travers ses œuvres un paysage en perpétuelle mouvance qui est une introspection effectuée sur la nature. Cette participation féminine est renforcée par celle des deux jeunes artistes peintres marocaines Dounia Oualit et Mounia Touiss Terraf qui vivent respectivement en Allemagne et en Espagne.
Outre cette exposition collective, le Palais de la culture abrite, au cours de ce 30ème moussem, deux ateliers de peinture et de gravure. Les festivaliers sont aussi fascinés par les peintures murales qui ornent les murs de l’ancienne médina d’Asilah. Et comme le programme comporte cette année des journées culturelles mexicaines, celles- ci sont consacrées entre autres aux expositions portant sur les costumes, les masques et les photos de ballets mexicains.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *