Marseille : un des tireurs était déguisé en femme

Deux hommes de 29 et 31 ans avaient été abattus mardi après-midi à la Cayolle, une cité réputée très sensible des quartiers sud, à proximité des calanques. Ils se trouvaient dans un véhicule 4X4 haut de gamme au rond-point de Sormiou quand ils ont été pris pour cible par plusieurs individus. Un des tireurs était déguisé en femme et coiffé d’une perruque qu’il aurait ôtée en s’enfuyant. Dix-sept impacts de calibre 9 mm ont été relevés sur les lieux. Selon une source proche de l’enquête, au moins deux armes ont été utilisées : un pistolet automatique de calibre 9 mm et un fusil à pompe. Selon les premières constatations des enquêteurs et des marins-pompiers, le passager aurait tenté de s’extraire du véhicule mais aurait été écrasé par le 4X4, dont le conducteur, mortellement atteint, avait perdu le contrôle. Les victimes résidaient dans les cités de la Cayolle et d’Air Bel et étaient connues des services de police, mais ce «ne sont pas forcément des gens qui appartiennent au grand banditisme», selon le procureur Jacques Dallest, venu sur place mardi. Le conducteur, membre de la communauté turque, était père de trois enfants en bas âge et vivait d’allocations, selon un proche. Selon la source proche de l’enquête, il «n’avait pas le profil d’un gros voyou». Le second, retrouvé au sol, la tête écrasée, avait fait de courts séjours en prison, notamment pour vols en réunion. Les policiers de la PJ exploitent sous l’autorité du commissaire divisionnaire Christian Sivy, toutes les pistes, mais ont rassemblé encore peu de témoignages, malgré l’appel à témoin lancé par le procureur. Depuis le début de l’année, quatorze personnes ont trouvé la mort dans des règlements de comptes, liés pour la plupart au trafic de drogue, dans la cité phocéenne, majoritairement dans les quartiers nord. Et on a dénombré plus de tentatives encore, avec des gens blessés. Le 15 août, un homme d’une vingtaine d’années avait été abattu peu avant minuit dans la cité des Bleuets, dans les quartiers du nord de Marseille. Le jeune homme, déjà connu des services de police, avait été touché de sept balles de calibre 9 mm tirées par un pistolet automatique. Le 3 août, trois hommes, dont deux frères originaires de Marignane, avaient été visés par deux hommes en scooter dans la cité voisine de Frais-Vallon, réputé comme étant un haut-lieu de la vente de stupéfiants. L’un des frères, âgé de 24 ans, n’avait pas survécu.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *