Mille et une nuits à Tanger

Mille et une nuits à Tanger

A Tanger, la musique est toute en couleurs. Normal, diriez-vous, c’est une cité de rencontre des cultures et c’est, à juste titre, que le Festival international de musique y ait trouvé refuge. Pour la septième année consécutive, « Les Nuits de la Méditerranée », qu’organise l’Association Tanger région pour l’action culturelle (ATRAC) du 2 au 8 juillet, promet un été chaud.  Très chaud, même, parole des organisateurs qui font de ce festival un pas de plus à la candidature de Tanger pour accueillir l’Exposition internationale 2012.
Une nouvelle perspective pour la ville du détroit qui insuffle espoir et ambition tout autour d’elle. Alors, laissons « Les Nuits de la Méditerranée » nous porter aussi loin que possible. Voyage assuré de Londres à Delhi, de Barcelone à Cotonou, question de satisfaire les goûts et d’en faire découvrir d’autres, puisque l’occasion s’y prête. Tenez-vous bien, le menu s’articule autour de neuf spectacles: quatre concerts publics et trois « nuits de musique ». En inauguration, du flamenco pour donner le ton et mesurer les cadences. Le lundi 2 juillet à 20h30 au palais des institutions italiennes-palais Moulay Hafid, le groupe de flamenco de l’incontournable Bailaor David Pérez Almagro fera vibrer la scène aux sons du claquement des talons. Une nuit flamenco dont l’organisation est assurée en partenariat avec l’Institut Cervantes et le ministère espagnol de la Culture.
Le lendemain, à la même heure, mais cette fois-ci sur la place des Nations, une «Nuit Naida». L’ambiance musique urbaine pour faire danser les jeunes branchés jusqu’à l’aube.
Du rap marocain spécialement conçu par Fez city clan et du pur rock venu tout droit de Londres du groupe Lazywall.
Attendez, ce n’est pas encore fini ! Le festival de la musique tangérois ne fait que commencer et il se poursuivra avec, le 4 juillet (même heure, même lieu), un retour aux traditions. Un spectacle pour tout âge où la règle générale sera commune : suivre le rythme !
Une «Nuit africaine» avec Abidat R’ma pour des airs de fantasia, et le groupe béninois Gangbe brass band qui ose une fusion inspirée du jazz.
Les « nuits » se suivent et ne se ressemblent pas. Mad nomad & le maâlem gnaoui Abdellah El Ghourd vous offriront une fusion exceptionnelle baptisée création «Alwan» le 5 juillet au palais des institutions italiennes-palais Moulay Hafid. A ce spectacle, «Nuit Derdba», alliant le jazz aux sons du «guenbri» gnaoui, succéderont des airs andalous pour une soirée avec l’orchestre de renom Layali Anagham.
La «Nuit andalousia chamalia» du festival marquera la couleur locale de la Paloma sur la place des Nations le 6 juillet à 20h30.
Changement de cap, pour le spectacle suivant, où vous aurez droit à un voyage en…Inde ! Eh oui, la musique transporte les sens et c’est ce réussira à faire le groupe Mukta en vous servant un «plat très épicé», comme le veut la coutume indienne. Des saveurs jazz indien et son afro-cubain pour un dépaysement absolu.
Et pour la fin, le festival veut laisser une empreinte de métissage. C’est bien son objectif, justement. Alors, pour le dimanche 8 juillet, une «Nuit métisse» où le groupe fusion algéro-catalan Nour arabic electro rock donnera l’envie d’explorer de nouveaux horizons et surtout d’y prendre goût. Du rythme et de l’ambiance pour les Tangérois. De quoi adoucir les mœurs et la température de l’été.

Ressources
– L’Association Tanger région pour l’action culturelle
Tel : 039 93 91 46
– L’Institut français du Nord
Tel : 039 94 10 54
039 94 25 89

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *