Mohamed Bastaoui et Souad Najjar : «J’ai rencontré ma femme lors d’une opérette au théâtre»

Mohamed Bastaoui et Souad Najjar : «J’ai rencontré ma femme lors d’une opérette au théâtre»


ALM: Comment avez-vous rencontré votre épouse?
Mohamed Bastaoui: J’ai rencontré mon épouse lors d’une opérette au théâtre en 1986. Elle s’intéressait beaucoup à l’art puisqu’elle est aussi chanteuse. Le jour où je l’ai rencontrée, j’étais encore à mes débuts. J’étais encore un amateur et elle aussi. Après cette rencontre, nous sommes devenus amis, puis je suis tombé amoureux d’elle, et après, nous nous sommes mariés. C’est une question d’attirance. Dès le premier regard, j’ai été vraiment séduit par son calme, sa gentillesse et sa personnalité. J’ai découvert en elle quelque chose qui diffère des autres femmes. Depuis notre première rencontre, je me suis rendu compte que c’est l’épouse dont j’ai toujours rêvée. Il ne s’agit pas du genre de femmes qui ont des aspirations irrationnelles.
C’est une véritable femme de foyer. Souad Najjar, mon épouse, était prête à sacrifier sa carrière pour élever nos enfants et prendre soin d’eux. Je suis vraiment content d’elle. Vu mes occupations artistiques, c’est mon épouse qui s’occupe pratiquement de nos enfants au détriment de sa carrière.

Parlez-nous de Souad Najjar et de votre vie en famille?
Ma femme, Souad Najjar, représente pour moi la sérénité. Vous savez que la vie d’un artiste est tourmentée. Nous avons toujours des déplacements partout et nulle  part! Notre travail demande beaucoup de temps et d’efforts. Mais à chaque fois que je revient à la maison, je me sens heureux, car je me trouve devant une personne qui fait tout pour prendre soin de moi et de mes enfants.
Elle est l’ange gardien de mes enfants. En plus, ce qui est formidable chez ma femme, c’est qu’elle comprend parfaitement les contraintes de mon travail, étant donné qu’elle est aussi issue du domaine artistique. Que peut un homme demander de plus?
Nous ne sommes pas une famille très riche et nous n’avions pas grand-chose quand nous nous sommes mariés. Petit à petit, on a eu un foyer et je trouve ma vie en famille formidable. J’ai quatre enfants. Oussama, 21 ans qui est artiste. Hicham, 17 ans, comédien qui a eu des expériences au cinéma, Houssam, 11 ans et Haitham, 8 ans. Nous sommes une famille qui habite un quartier populaire à Salé. On mène une vie normale. Et nos enfants poursuivent leurs études dans des écoles publiques.

Quoi de neuf chez l’artiste Mohamed Bastaoui?
J’aimerai dire tout d’abord que Mohamed Bastaoui n’est pas un grand artiste. Je travaille tout le temps et j’aspire toujours à être à la hauteur des attentes des spectateurs marocains. S’agissant de mes nouveautés, je peux dire que j’ai tourné actuellement des films qui n’ont pas été encore diffusés. Il s’agit de la série «Jouha» qui sera diffusée pendant le mois de Ramadan. Il y a aussi un téléfilm «Salha» réalisé par Kamal Kamal et un autre film «Allajna» de Youssef Fadil.
En dehors de ces travaux, nous sommes en train de tourner un film avec Mohamed Ismaïl. Plus tard, je ferai un autre film avec Jilali Ferhati et en septembre prochain, un long-métrage avec le réalisateur canadien Daniel Gervé produit par sa femme Christine.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *