Mohamed Belahrach : l’épicurien qui tue les prostituées (20)

Mohamed Belahrach : l’épicurien qui tue les prostituées (20)

Au service de réanimation de l’hôpital Mohammed V, à El Jadida, Fatima est sous surveillance médicale. Elle est encore en vie. Mohamed Belahrach en est-il au courant ? Oui. D’abord, tout le monde à derb El Berkaoui en parle et se souvient également du meurtre de Aïcha Slima qui a coûté la peine de mort aux deux amis, Abdelmoula et Ahmed. Depuis deux ans, ceux-ci sont dans la prison centrale de Kénitra. Seuls leurs femmes et leurs enfants leur rendent visite et croient encore en leur innocence. Alors que tout le monde semble les avoir oubliés. Personne n’en parle. Même Belahrach ne s’en souvient plus. Il les a enterrés dans son inconscient. Les limiers de la police judiciaire attendent que Fatima reprenne connaissance. Trois jours plus tard, elle est encore en réanimation. Son état de santé est très critique. Et l’hôpital d’El Jadida ne dispose pas de moyens nécessaires pour la sauver. Le médecin-chef décide enfin qu’elle sera évacuée vers l’hôpital Ibn Rochd à Casablanca. À bord d’une ambulance, Fatima arrive à Casablanca. Les médecins de l’hôpital Ibn Rochd arrivent à la sauver. Au fil des jours, son état de santé s’améliore. Une semaine plus tard, Fatima retourne chez elle à El Jadida. La police qui n’est arrivée à aucun indice lui permettant de mettre l’index sur le suspect, doit l’interroger. Mohamed Belahrach disparaît de derb El Berkaoui. Il ne le fréquente plus. Il passe ses nuits à Derb El Hilali. Mais, il n’hésite pas de temps à autre de dénicher les nouvelles concernant l’affaire. Il apprend que Fatima n’a rien dévoilé aux enquêteurs. Pourquoi ne l’a-t-elle pas dénoncé aux limiers ? Il ne sait rien. Fatima a gardé le silence. Elle n’a rien dévoilé à personne. Aux enquêteurs, elle a précisé n’avoir gardé dans sa mémoire aucun signalement de son tueur.
« – As-tu vu ton tueur ?
– Oui, je l’ai vu. Mais, je n’ai pu garder son image dans ma mémoire.
– Pourquoi ?
– D’abord, parce que je ne l’ai jamais vu et ensuite parce que j’avais peur.
– Tu ne te souviens pas de quelques traits et signalements de son visage ?
– Non.
– Comment cela s’était passé ?
– J’étais au rez-de-chaussée quand j’ai entendu des coups à la porte. Quand je l’ai ouverte, un homme m’a surprise en se jetant sur moi. Il a bouché ma bouche avec sa main avant de me pousser à l’intérieur de la maison. Il m’a jeté sur le lit, a abusé de moi et m’a maltraitée avant de dérober mes bijoux». L’état de santé de Fatima se rétablit vite. Elle reprend son activité dans le monde de la prostitution. Belahrach ignore toujours la raison pour laquelle elle ne l’a pas dénoncé à la police. Et il retourne à Derb El Berkaoui. Il vend de temps en temps l’un des bijoux qu’il avait dérobés à Fatima et retourne à son fief pour les dilapider entre l’alcool et les prostituées. De temps en temps, il croise Fatima Lkocatéa à Derb El Berkaoui, mais il ne lui adresse plus la parole et évite même de la regarder. Mohamed continue à passer d’une maison close à l’autre, sauf celle de Fatima. Même s’il veut l’une des prostituées qui séjourne chez elle, il l’évite. Il ne pense plus à une prostituée qui travaille avec Fatima. Les jours, les semaines et les mois passent. Personne ne parle de l’affaire de tentative de meurtre sur Fatima Lkocatéa. Enfin, l’affaire a été classée.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *