Mohamed Merhari, alias Momo : «Le sens de l’humour de ma femme m’a attiré»

Mohamed Merhari, alias Momo : «Le sens de l’humour de ma femme m’a attiré»

Comment avez-vous rencontré votre épouse ?
J’ai rencontré mon épouse à l’été 2003 en France. J’étais le directeur d’un centre de vacances et de loisirs à l’Aveyron. C’était un champ itinérant à thèmes. Et nous avions comme thèmes  celui d’une piste indienne, il y avait des tipis, etc. Je chapeautais une équipe de douze animateurs, dont ma femme. J’avais donc le choix entre douze personnes et c’est elle que j’ai choisie. Ainsi, la même année, elle m’a rejoint au Maroc. Un an après, nous nous sommes mariés et avons eu une fille, Inéss qui, a aujourd’hui 4 ans. Notre mariage reste inoubliable.
 
Quel est le souvenir qui vous a marqué le plus lors de votre fête de mariage?
En fait, la cérémonie de notre mariage a eu lieu un jour avant la 6ème édition du L’boulevard, il y avait comme tête d’affiche le groupe Gnawa Diffusion.  Ainsi, je peux donc me vanter devant tout le monde et dire que Gnawa Diffusion ont animé ma fête de mariage (rire). En réalité, à chaque fois qu’on a eu l’occasion de célébrer notre mariage, on fait la fête. On a dû la faire au moins trois fois. Mais, le souvenir qui m’a amusé le plus est quand on était parti chez le Adoul pour signer notre acte de mariage. Ça ressemblait à un sketch tellement c’était rigolo. Quand il fallait verser la dote, je me suis rendu compte que je n’avais aucun sous sur moi. Dans la hâte, c’est ma femme qui a dû me prêter 200 DH. Vraiment la situation était très drôle.
 
Qu’a représenté pour vous la naissance de votre fille Inéss? 
La naissance d’Inéss est la meilleure chose qui m’est arrivée au monde. Déjà à son âge, elle aime le Hard Rock. Mais dès que tu as un enfant, tu as tout le temps peur pour lui parce que c’est une énorme responsabilité.  Avec la naissance de ma fille, j’ai commencé à voir la vie avec une autre manière. En fait, j’ai réalisé que l’on grandit en même temps que nos enfants.
 
Parlez-nous un peu de votre femme. Avez-vous quelque chose à lui declarer devant tout le monde ?
 Ce que j’ai à lui dire elle le sait. Mais ce qui m’a le plus attiré chez Leila c’est son sens de l’humour et son dynamisme. Elle ne les a pas perdus d’ailleurs. Elle est bénévole dans l’association EAC-L’boulevart. Elle s’occupe entre autres lors des festivals que nous organisons, des loges et de l’accueil des artistes.  Elle s’appelle Leïla Juliac, elle est d’origine française.
Sa maman aime bien donner à ses enfants  des noms arabes. Mes beaux-frères sont tous blonds et portent des noms comme Driss et Ismaël. Ça dû être pénible pour eux de trouver du travail (rire).

Vous avez rencontré votre femme en France et vous avez choisi de vous instaler au Maroc. Pourquoi ? 
J’ai toujours fait le tour du monde. Et je trouve qu’il n’ y a pas mieux que chez soi. Il m’est arrivé plusieurs fois de voyager et de voir mes amis qui se sont installés à l’étranger. En me comparant à eux, je me dis que la vie est mieux ici.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *