Moutaâ : «Ramadan revêt un aspect éducatif»

Moutaâ : «Ramadan revêt un aspect éducatif»

ALM : Que représente pour vous le mois de Ramadan ?
Abdelkader Moutaâ : Le Ramadan est un mois de spiritualité, de clémence et de recueillement. Les Musulmans apprennent à devenir plus compatissants et plus charitables envers les plus nécessiteux.
Le mois de Ramadan revêt aussi un aspect éducatif. C‘est le moment idéal pour éduquer les enfants à bien se conduire, à se prendre en charge et à être responsables.

Regardez-vous les deux chaînes nationales? Et qui avez-vous préparé pour ce mois sacré ?
Franchement, je ne les regarde que de temps en temps. La production marocaine programmée durant ce mois est très médiocre, ce qui fait mal au coeur. Surtout que les deux chaînes nationales sont regardées par d’autres spectateurs à travers le monde. Les acteurs et les réalisateurs n’y sont pour rien et je trouve que la faute revient en premier lieu aux scénaristes qui n’arrivent pas à écrire des textes réellement humoristiques. Les acteurs professionnels font de leur mieux pour faire rire. Mais faute de bons scénarios, les acteurs débutants ne réussissent que difficilement à s’en sortir et plaire par conséquent au public. Personnellement, j’ai joué dans un sitcom intitulé « Hada hali » et composé de 30 épisodes ainsi que dans une série appelée « Ghraïb Mali» et constituée de 10 épisodes. Ils étaient programmés pour ce mois de jeûne. Je ne sais pas pourquoi on les a déprogrammés.

Quelles sont vos activités pendant le mois de Ramadan ? Pratiquez-vous un sport ?
Je ne fais pas de sport ni en temps normal, ni durant le mois de Ramadan. Mais je le pratique, en fait, à travers mon travail qui exige beaucoup de force physique et concentration.  Pendant le mois de Ramadan, je ne change pas mes habitudes et je travaille comme en temps normal. Je planche, en ce moment, sur des scénarios de messages radio et de spots publicitaires.

Quel est votre plat préféré pendant le mois de Ramadan ? Aimez-vous les friandises ?
Je n’aime pas le gaspillage et la frénésie d’achat qui s’empare des gens. J’essaie de manger comme en temps normal mes trois repas. Je ne prends pas tous les jours la soupe traditionnelle parce que sa préparation exige beaucoup de temps. Je prépare les soupes aux légumes et celle chinoise. Je ne suis pas friand de sucreries. J’estime que la Harira, la Chebbakiya et les autres crêpes sont les friandises symboliques de ce mois sacré mais qu’ il ne faut pas en abuser. Comme en temps normal, j’essaie d’équilibrer mon alimentation. Je mange de la viande, du poisson et des légumes. Je prépare beaucoup de salade et de jus. Je bois aussi entre 4 à 5 litres d’eau parce qu’on en a grandement besoin pendant la journée.

Racontez-nous votre meilleur souvenir du mois de Ramadan ?
C’est un souvenir qui me marquera toujours. J’étais encore petit enfant lorsque le mouvement nationaliste s’est déclenché suite à l’exil du regretté SM MohammedV à Madagascar. Nous les enfants à l’époque, nous passions notre temps à effacer les numéros inscrits sur les portes des maisons pour égarer les policiers qui poursuivaient les résistants.  Un jour, j’étais perché sur une échelle en train d’effacer un numéro sur la porte d’une école coranique lorsque le bruit du moteur d’une voiture me fit sursauter. J’ai tourné la tête et j’ai vu des policiers qui descendaient de leur voiture. Paniqué, je me suis jeté tête baissée sur une petite fenêtre pour me retrouver dans une chambre sur la terrasse. Je me suis mis à courir à travers les terrasses. Je me suis abrité chez une famille, chez qui j’ai pris le repas du F’tour et passé la nuit. Je vous raconte cette petite histoire pour vous montrer le sens de l’entraide et du patriotisme qui caractérisent les Marocains depuis toujours.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *