octobre 17, 2017

Nezha Chaabaoui : «J’aspire toujours au meilleur»

Nezha Chaabaoui : «J’aspire toujours au meilleur»


ALM : Quelles sont vos dernières nouveautés ?
Nezha Chaabaoui : Je viens d’enregistrer une chanson intitulée «Hobi Ana», composée par Mahmoud Idrissi. Je viens d’enregistrer aussi deux titres avec un ensemble de chanteurs marocains. Le premier titre a été présenté au Théâtre Mohammed V à Rabat intitulé «Al Oumouma». Composée par Abdelati Amana, cette chanson aborde le thème de la maternité. Parmi les artistes participant à cette chanson, je cite Fouad Zebadi, Meriem Belmir, Saida Charaf et bien d’autres. La deuxième chanson s’intitule «Bilad Al Maghrib». Elle est composée par Chakib Al Assi et écrite par Mustapha Baghdadi. Cette chanson donne un aperçu sur les villes marocaines et montre la richesse du patrimoine marocain y compris la beauté de Tétouan, ma ville d’origine. Actuellement, je prends mon temps pour bien choisir les compositions et les textes de mes prochains projets.

Est-ce que vous comptez réaliser un clip pour vos chansons?
J’espère que j’aurais l’occasion de faire un clip pour l’une ou plusieurs de mes chansons. Le clip de la chanson «Maghribiya Ya Nassi», écrite par la poétesse Samira Zouhair, a connu un grand succès et les gens m’ont beaucoup félicitée. Le seul problème qui se pose est le problème de la production qui coûte chère au Maroc. J’espère qu’un jour, il y aura une chaîne dédiée à la production de clips vidéo au Maroc. La scène musicale marocaine dispose de grands compositeurs, de belles voix et de paroliers méritants.

Avec qui voudriez-vous faire un duo?
J’aimerais bien faire un duo avec un chanteur marocain et ou arabe. L’idée de faire des duos n’est pas très développée au Maroc par rapport aux autres pays arabes. Mais c’est le même problème de la production qui se pose à chaque fois. Mais pour moi l’important, c’est de chanter une chanson avec de bonnes compositions et de belles paroles.

Etes-vous tentée par le fait de continuer votre parcours artistique hors du Maroc?
Je ne blâme pas les autres chanteuses marocaines qui ont décidé de s’installer ailleurs. Et c’est avant tout grâce à leurs talents qu’elles ont su imposer leurs noms et réussir leur carrière. Mais personnellement, je ne peux pas quitter le Maroc, parce que j’y ai fondé mon foyer. Et puis quand on m’invite à participer à un événement international, je ne refuse pas. Je suis très attachée à ma marocanité, mais je voudrais dire aussi que le chanteur marocain ne doit pas se sentir négligé face aux autres chanteurs arabes qui se produisent au Maroc.

Comment vous passez votre temps libre?
Nous sommes dans la période des vacances. Je passe la plupart de mon temps libre avec mes trois enfants : Maha âgée de 17 ans, Jihane âgée de 15 ans et Aymen âgé de 10 ans. J’essaye de les emmener au cinéma, à la piscine et voyager avec eux. J’aime écouter les classiques arabes, notamment les chansons d’Oum Kaltoum et Abdelhalim Hafez. J’aime également pratiquer du sport.

Vous avez étudié la musique à l’Institut international de danse et de musique, que représente pour vous cette expérience ?
J’ai passé une excellente expérience qui va rester gravée dans ma mémoire. C’est grâce à ces études que je suis arrivée à ce niveau, j’ai acquis beaucoup de choses qui m’ont aidée dans mon parcours artistique, notamment le solfège, les différentes gammes et modes musicaux.

En dehors de la musique, quel est le domaine qui vous intéresse ?
Je m’intéresse beaucoup au domaine des soins esthétiques. D’ailleurs je pense monter un salon dédié à l’esthétique.

Avez-vous déjà tourné dans un téléfilm?
J’avais eu l’occasion de participer à la série télévisée «Moudawala» sur la première chaîne. J’aimerais bien participer dans un film un jour, une pièce de théâtre, ou téléfilm. Mais il faut avouer que le monde du cinéma est très différent du domaine du chant.

Êtes -vous satisfaite de votre parcours artistique ?
J’ai passé 20 ans dans le domaine artistique. Mon répertoire comporte plusieurs chansons avec différents poètes et compositeurs comme Fath Allah Lamghari, Ahmed Tayeb Laâlaj, Ali Haddani, Mustapha Baghdadi, Mohamed Raouf. Cela me réjouit mais on aspire toujours au meilleur.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *