Nina Simone, la diva du jazz

Fille d’anciens esclaves, Nina Simone a eu une enfance très difficile. Sixième d’une famille de huit enfants, elle grandit dans les quartiers pauvres de la Caroline du Nord. Très tôt, Nina montre son attirance pour le chant et le piano qu’elle pratiquait à l’église.
La rencontre de celle dont le vrai prénom est Eunice Kathleen Waymon avec Muriel Massinovitch, alias "Miss Mazzy", lui ouvre toutes grandes les portes de l’avenir.
En 1943, âgée de 10 ans, Nina donne son premier concert public dans la bibliothèque de la ville, pendant lequel elle connaît sa première expérience avec la ségrégation raciale. Elle continue à travailler durement pour devenir la première concertiste classique noire en Amérique. Suivant les conseils de Miss Mazzy, Nina continue son apprentissage de la musique au lycée Allen. Elle y entre en septembre 1945 et en sort major de sa promotion en juin 1950. Une formation difficile qui donne lieu, ensuite, à un refus d’adhésion dans un deuxième institut, après quoi Nina Simone se soustrait à travailler pour un photographe.
Ce travail, elle le quitte très vite pour être pianiste et accompagner les élèves du professeur de piano, Arlene Smith et ce, pendant une année.
Après avoir quitté ce travail, Nina s’installa à son compte, dans son minuscule studio, emmenant une partie de la clientèle de son ancienne patronne.
Une nouvelle rencontre vient changer le quotidien de Nina Simone : celle de Faith Jackson, une prostituée noire qui l’emmene à Atlantic City en 1954 pour deux mois. Elle y décroche une place de pianiste au Midtown Bar & Grill. Pour cacher à ses parents cette activité, elle prend le nom de Nina Simone. «Nina» vient de l’espagnol "niña" (fille) et Simone, de Simone Signoret, son actrice favorite, qu’elle vit dans le film «Casque d’or» à Philadelphie.
La première journée, elle ne fait que jouer au piano, mais le patron du bar l’avertit que si elle ne chantait pas, elle serait renvoyée. Elle se met donc à chanter. Pas de grand succès dans l’immédiat, son style s’impose peu à peu, entraînant un changement dans l’atmosphère du bar. Elle retourne à Philadelphie où sa vie reprend son cours. Nina Simone ne remonte sur scène que pour la saison estivale au Midtown Bar & Grill. C’est là qu’elle rencontra Tex Axelrod, passionné de musique, qui lui fait découvrir les différents types de musique et notamment Billie Holliday. C’est sous son influence qu’elle chante «I love you porgy».
Elle tente sa chance dans les clubs de Philadelphie, et gagne bien sa vie. Elle arrive même à envoyer de l’argent à ses parents. A ce sujet, son argent a été la cause du conflit avec les siens : après leur avoir avoué la source de son gain, sa mère, étant contre la «musique du diable», coupe complètement les liens avec elle. En 1956, Nina cartonne lors de la troisième saison au Midtown Bar & Grill. Jerry Fields, un agent new-yorkais, est subjugué par sa voix et lui propose un contrat d’exclusivité.
Elle accepte et bientôt reçoit des offres d’engagements dans plusieurs clubs. Elle rencontre le guitariste Alvin Shackman et signe un premier contrat avec Syd Nathan dirigeant du label King Records. Elle enregistre un premier disque de quatorze titres en une seule journée.
Son premier album remporte un grand succès et le single qui en est extrait («I love you porgy /  he needs me») est vendu à un million d’exemplaires. Très concernée par les droits civiques et notamment le racisme, elle enregistre plusieurs chansons à ce sujet.
En 1969, elle obtient à nouveau un grand succès en reprenant «Ain’t got no/I got life», issu de la comédie musicale «Hair». Toujours très acharnée contre le racisme, elle quitte son pays et passe les années qui suivent entre plusieurs pays : Libéria, Suisse, Trinité, Hollande, Belgique, Grande-Bretagne et France. En 1987, sa chanson «My Baby Just Cares For Me», extraite de son tout premier album, est utilisée dans une publicité pour le parfum Chanel numéro 5. Le disque est réédité et rencontre un énorme succès. En 1993, Jeff Buckley, le fils de Tim, reprend le sublime «Lilac Wine» dans son album «Grace», et en 2001, son tube «Feeling good» est repris par le groupe anglais Muse. En 1993, Nina Simone part vivre à Aix-en-Provence, dans le sud de la France. Elle décède le 21 avril 2003 dans le village de Carry-le-Rouet. Une légende vivante qui, par son parcours et son apport en matière de musique, mais surtout sa voix impressionnante, ne s’efface ni des cœurs ni des mémoires.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *