Notre sondage : La Chine est un danger

Le débarquement de plus en plus massif de produits chinois inquiète les Marocains. C’est ce qui ressort du sondage publié cette semaine sur le site Internet d’ALM (www.aujourdhui.ma). Ils ont été 670 votants à donner leur avis sur la question : l’entrée au marché marocain de produits chinois constituait une chance, un danger ou une fatalité pour l’économie marocaine.
Le verdict ne laisse planer aucun doute. Près de la moitié, plus exactement 47,9% des votes exprimés, affirme que cette véritable déferlante que connaît le marché marocain en la matière constitue bel et bien un danger pour les entreprises nationales.
Des entreprises fragiles dans leur majorité, avec une bonne partie d’entre elles travaillant dans le secteur informel, mais qui n’en sont pas moins vitales pour l’économie nationale, tant par les chiffres qu’elles génèrent que par les emplois qu’elles assurent. Des entreprises qui se trouvent désormais menacées par un commerce qui bat toute concurrence, tant par la qualité des produits, qui vont des petits bibelots aux technologies les plus sophistiquées. Un danger de disparition dicté également par ce package nommé mondialisation, dont la philosophie se réduit à la sacro-sainte formule : «Que le meilleur gagne !». Les lecteurs d’ALM confirment cet état de choses.
Quelque 35,5% des personnes qui ont voté sont pour l’idée que l’invasion des produits chinois n’est autre qu’une résultante directe de la mondialisation. Pour elles, il s’agit d’un impératif dicté par cette logique d’ouverture des marchés à qui sait le mieux vendre. Il n’en demeure pas moins que cette logique peut s’avérer avantageuse, notamment vis-à-vis du consommateur, qui se trouve désormais avec un double avantage, celui d’avoir plus de choix, avec des prix très abordables. C’est sans doute ce qui a motivé la réaction de 16,6% des votes favorables à cette situation et pour lesquelles l’entrée de ces produits est une opportunité pour l’économie marocaine. Mêlant quelques avantages et menaces sérieuses quant à l’avenir de l’économie marocaine, la déferlante chinoise pose la question quant au degré de préparation des industriels marocains, dont l’activité se trouve actuellement otage d’une double contrainte.
D’une part, se profile le marteau des accords d’association et de libre-échange conclus entre le Maroc et les puissances économiques les plus fortes dans le monde. De l’autre l’enclume de la razzia des produits venant de pays émergents et ceux qui ont, grâce à une main-d’oeuvre aussi qualifiée que bon marché ainsi que des avantages qu’ils ont tirés de la mondialisation ont d’ores et déjà réussi à émerger comme étant des économies avec lesquelles il faudra compter à l’avenir. Et la Chine en fait partie.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *