Notre sondage : Le Royaume ne perd pas le nord

Les Marocains regardent vers l’Europe. C’est ce que confirme notre sondage Web de cette semaine. À la question. «L’avenir économique et commercial du Maroc se trouve en Europe, aux USA, en Afrique ou dans le monde arabe?» 62,7% ont répondu oui.
Viennent ensuite par ordre de préférence les pays arabes avec 16,5%, puis l’Afrique qui a recueilli 11,3% des voix et en dernière position les Etats-Unis crédités de seulement 9,4 des suffrages. Ainsi, les sondés n’imaginent-ils pas l’avenir de leur pays dans le vaste marché américain. C’est peut-être l’avis d’une large frange de la population comprenant également les décideurs et les opérateurs économiques.
Si l’accord de libre-échange Maroc-Etats-Unis avait été soumis à un référendum populaire, sûr que le “non“ l’aurait largement remporté.À tout seigneur, tout honneur ! l’Europe, certainement pour des raisons historiques, culturelles et de proximité géographique, reste, selon les résultats du sondage, la préférée dans le coeur des votants et probablement de larges pans de la société. Washington pas plus que New York ne supplantera jamais Paris ou Bruxelles…Question de feeling.
En revanche, moins de 20% des visiteurs du site ALM lient le destin économique et commercial du Maroc avec le monde arabe dont il fait partie. Or, le niveau des échanges commerciaux entre les deux parties reste très faible eu égard à l’excellence des relations politiques. Résultat : les gouvernants en sont à chaque fois réduits à dresser un constat plutôt négatif sans jamais manquer l’occasion d’appeler à une “dynamisation“ de la coopération économique. Une ritournelle. Mais rien n’est fait concrètement de part et d’autre au point de vue des mécanismes pour la promotion des investissements et du partenariat économique. Les sondés ne regardent pas vers le Sud.
L’Afrique dont le Maroc est membre trouve paradoxalement très peu de grâce à leurs yeux alors que s’y trouvent de réelles opportunités d’affaires pour peu que les hommes d’affaires marocains consentent à les explorer.
L’Afrique, où le Royaume jouit de préjugés très favorables, est un continent en friche qui a besoin du savoir-faire marocain dans nombre de secteurs. Sénégal, Guinée, Mali, Côte-d’Ivoire, Mauritanie…, autant de pays où le coopération sud-sud peut se déployer. Mais il est des clichés qui ont la peau dure.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *