Oriana Fallaci ou le poids de l’islamophobie

Oriana Fallaci est une journaliste italienne née en 1930 dans une famille antifachiste de Florence. Alors qu’elle n’était encore qu’une petite fille de 14 ans, elle s’engage dans la résistance. Dotée d’un caractère bien trempé, Oriana n’a pas froid aux yeux et ses multiples reportages vont l’entraîner dans tous les coins chauds de notre planète où elle couvrira la plupart des conflits. Elle publie cette année un nouveau livre intitulé « Force de la raison ». Dans cet ouvrage l’ex-vedette du journalisme italien accuse les responsables européens et l’église catholique de « ne pas faire assez pour contrer ce péril ». A travers ses écrits l’auteur prétend que l’occident est « menacé dans son existence par l’Islam ».
La sortie lundi en librairies de ce livre aux propos incendiaires n’a pas manqué de susciter des réactions de réprobation de la part notamment des partisans du dialogue inter religieux. Lors d’une émission à grande audience de la télévision publique italienne consacrée, lundi dernier, à la « Force de la raison », plusieurs participants se sont élevés contre cet ouvrage qui contient, selon eux, « des délires, de la haine et des insultes à l’histoire et à toute l’humanité ».
Parallèlement, le ministre italien de la justice, Roberto Castelli, l’un des représentants de la Ligue au gouvernement, s’est déclaré « parfaitement en accord » avec l’auteur. Il a tenu à préciser que « la société multiethnique et multiculturelle est un mythe en Europe ». Le choc des civilisations, serait-il en train de gagner du terrain sur les voix de la raison ?

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *