Plages du Maroc : Tarfaya, une baie discrète hors du temps

Plages du Maroc : Tarfaya, une baie discrète hors du temps

Située aux environs du cap Juby, face aux Canaries, Tarfaya est la ville idéale pour les amateurs de pêche ou de sport de chasse sous-marine. Le décor est tout à fait impressionnant.
En longeant la côte Atlantique jusqu’à Tarfaya, les dunes sont de plus en plus présentes ainsi que les sebkhas qui sont de grands lacs d’eau salée, formant des sortes de mers intérieures. Les oueds sont peuplés de flamants roses et les eaux vert émeraude de la lagune de Naila sont parsemées de colonies d’oiseaux. Perspectives grandioses d’un désert en vallon de rocailles d’argile ocre rouge.
Tarfaya, l’ensablée aux maisons blondes, est connue pour la beauté de sa plage. Falaises et la longue plage nue s’intercalent, cahutes de pêcheurs, regroupées ou isolées, s’égrainent le long de la côte. Le désert aux étendues rêches qui leur fait face développe un autre territoire sans fin, rendu aux bruits de la circulation et parfois à ceux du vent.
A l’écart de la route menant vers Laâyoune et Dakhla, l’ancien comptoir anglais, puis espagnol a gardé toute sa splendeur. Anciens cinémas et bâtiments officiels Art Déco à l’abandon témoignent du passé riche et tumultueux de ce petit port de pêche cerné de sable et de dunes, connu autrefois sous le nom de cap Juby. Pendant des siècles, Tarfaya fut un point de ravitaillement et de chargement des caravanes en provenance de Tombouctou et de Smara. Elle fut aussi une étape de la ligne Toulouse-Dakar de la société d’aviation Latécoère. Une fois à Tarfaya, parcourez la piste de l’ancien aérodrome au trait noir inscrit sur un parterre de sable doré, laisser de côté le bâtiment en ruine de Latécoère reconstruit pour les besoins d’un film sur Saint-Exupéry et passer de l’autre côté de la dune, sur une plage blanche, candide et sans attente.
Le bâtiment le plus authentique de Tarfaya reste sans nul doute la Casamar, abréviation de Casa del mar («la maison de la mer»).
Construite en 1889 par un ingénieur anglais, Mac Kenzie, sur un rocher dans la baie de Tarfaya, la Casamar reflète l’étrange attirance pour ce site perdu, entre mer et désert, à quelques kilomètres seulement des îles paradisiaques des Canaries. Pour apercevoir la Casamar, il faut passer par le port qui est une zone militaire et où vous devrez laisser vos papiers pour rentrer. Le meilleur point de vue de la «Casamar» se trouve à l’extrémité du port sur la plage. Admirez cette étrange construction, bâtie avec des pierres que des dromadaires portèrent depuis Smara. Prenez ensuite la route qui longe la plage vers la ville, sur la plage à votre gauche. Cent mètres avant le sens interdit qui marque l’entrée de la caserne se trouve le monument commémoratif de Saint-Exupéry et de l’Aéropostale, juché sur un petit piédestal vert.
Aujourd’hui, Tarfaya est un petit port de pêche où les habitants vivent essentiellement de la pêche au chalut. Une fois le soleil couché, les habitants et les voyageurs s’attablent devant la Maison de la pêche et aux terrasses voisines pour déguster un tajine ou un thé.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *