Pneus de roulage à plat : Que faire en cas de crevaison ?

Sur la route des vacances, votre véhicule est «victime» d’une crevaison. Que faire ? A question évidente, réponse toute simple : s’arrêter, démonter le pneu crevé, puis monter la roue de secours. En revanche, à cette même question, la réponse sera différente si votre véhicule dispose de pneus de roulage à plat. Et pour cause, ces gommes –dont les dénominations commerciales ne manquent pas (Run Flat ou RFT pour Bridgestone, RunOnFlat ou EMT chez Goodyear…)– intègrent une technologie à part. Ce sont des pneus à flancs porteurs et leur bande de roulement est non seulement renforcée, mais elle se retrouve (en cas de crevaison) appuyée sur un anneau en caoutchouc placé dans le creux de la jante.
Par ailleurs, ces pneus en cours de généralisation chaussent de plus en plus les véhicules d’aujourd’hui. A titre d’exemple, la BMW Série 1, modèle d’entrée de gamme pour la marque et compacte à grande diffusion est équipée d’une telle monte pneumatique.
Dès lors, se pose la question de comment se comporter avec les pneus de roulage à plat, lorsque l’un deux est justement à plat. Cela d’autant plus que sur un véhicule chaussé de ces pneus, la roue de secours… disparaît !
En fait, ce qu’il faudrait savoir, c’est qu’un pneu de roulage à plat est fait –et c’est sa particularité– pour pouvoir continuer à rouler après une crevaison et ce, sur une distance de 200 kilomètres, mais à une vitesse n’excédant pas les 80 km/h. «Révolutionnaire», diront certains. «Et après, que faire ?» s’interrogeront d’autres. A cette question, ou plutôt dans une telle situation, deux options sont possibles.
Soit que le conducteur s’arrêtera au premier réparateur de pneus, dès qu’il s’apercevra qu’il en a un de crevé, via son détecteur de sous-gonflage et de crevaison (toutes les voitures équipées de ce type de pneus en disposent). La réparation de son pneu sera alors encore possible. Mais les professionnels ne recommandent pas trop ce type de réparation. Réparation qui, de toutes façons, ne pourra être faite qu’une seule fois dans la vie du pneu.
Ou alors, il n’aura pas le choix que de continuer à rouler jusqu’à ce qu’il trouve un centre de réparation (des pneus). Et là, s’il a roulé plus d’une dizaine de kilomètres, son pneu est irréparable ! Il devra le changer et donc prévoir un petit budget pour cela : de 3.000 à 4.000 DH. Et oui, la technologie a un prix.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *