Port de pêche : Source de nuisance

L’Office national des pêches est en train d’apporter les dernières retouches à un plan de désengagement du port de pêche de Casablanca, source de problèmes énormes pour le port de Casablanca . Il s’agit de séparer les différents niveaux de commercialisation du poisson, à savoir le marché de gros et les marchés au détail. Le programme vise à ne garder comme activité commerciale dans la halle du port que la vente de poissons débarqués par les bateaux locaux. La seconde catégorie, à savoir la vente du poisson ayant déjà fait l’objet d’une première vente dans un autre port, soit 50% du volume des transactions réalisées à Casablanca, sera délocalisée vers le marché de gros de Sidi Othmane, tout près des nouveaux abattoirs.
La vente au détail, principal responsable de l’affluence des ménages, sera aussi délocalisées vers ces nouvelles installations.
Au final, il ne restera au port de pêche de Casablanca que les activités professionnelles. La mise à niveau de la halle actuelle et la réservation de l’accès au port de pêche aux seuls opérateurs ayant un lien direct avec la vente en gros du poisson seront accompagnées par une interdiction de la vente de poisson au détail au port de pêche et par un renforcement des contrôles vétérinaires. Actuellement en aménagement, le marché de Sidi Othmane sera à même de recevoir le poisson acheminé par les mareyeurs et qui a fait l’objet d’une première vente dans d’autres ports. De plus, la situation géographique du marché permettra, selon les initiateurs du projet, d’éviter l’afflux de camions en plein centre-ville et donc de réduire les nuisances et les impacts négatifs sur l’environnement. Le marché comprendra un espace aménagé selon les normes internationales pour le conditionnement des produits de la mer destinés à l’export. À terme, Sidi Othmane constituera une plate-forme régionale de distribution du poisson ainsi qu’une bourse à l’export pour les produits de la mer. Parallèlement, la construction par le Conseil de la ville d’un réseau de marchés au détail (un marché par préfecture) renforcera le processus de délocalisation des détaillants opérant actuellement au port de Casablanca. Les marchands ambulants bénéficieront d’un encadrement technique-financier de l’ONP, de l’ordre de 2 millions de dirhams (sur un total de 10 millions),  leur permettant de s’équiper de moyens de transport hygiéniques.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *