Portrait d’été : Mehdi Sbaii, Quand le rap rend libre

Portrait d’été  : Mehdi Sbaii, Quand le rap rend libre

Dire tout haut ce que les gens pensent tout bas. Plusieurs artistes se sentent investis de cette mission. Mehdi Sbaii en fait partie. A l’âge de 25 ans, ce rappeur connu sous le surnom de K-Libre développe à travers sa musique une conscience aiguë du monde qui l’entoure et de la réalité de la société marocaine. «Il nous faut beaucoup, pour que beaucoup comprennent ce qu’il nous faut», cette « punch-line » (comme on dit dans le milieu rap) résume en partie l’engagement et le message de Mehdi aspirant à la liberté et à l’épanouissement à tous les niveaux. Vivant depuis 4 ans entre le Luxembourg , Paris et le Maroc, Mehdi a grandi à Meknès, une ville connue par sa communauté foisonnante de jeunes rappeurs , le groupe H-Kayn y est le plus connu. Et K-Libre puise son inspiration de sa ville natale. Justement parmi ses singles qui tournent en boucle dans les radios marocaines, le dernier s’intitule «Fin saken» (Où j’habite) et vient de le sortir il y a deux semaines accompagné d’un cilp. Produit par Sayd Des Mureaux, producteur d’artistes internationaux tels que Diams, Kerry Jams, Rohff, Sinik et Salif, Mehdi K-Libre sortira son prochain album en 2012. Rappelons que Mehdi K-Libre avait remporté en 2005 le 1er prix du Tremplin du L’boulevard catégorie Hip Hop. Ces débuts dans le rap remontent à 1998. Il avait découvert cet art urbain et par son biais sa vocation pour la musique et l’expression artistique grâce à des voisins MRE. Il s’imprègne des paroles de groupes français cultes tels qu’ IAM, Oxmo Puccino, Funky Family ou le flow et l’audace de Booba qui dit : «Plus je connais les gens plus j’aime mon chien». Il s’inspire aussi de la musicalité et de l’attitude entre autres des Américains 2 Pac et Busta Rythmes au charisme et au flow uniques. Tout ceci sans pour autant négliger son identité et ses racines. Après avoir décrocher son Bac, Mehdi entame deux ans d’étude en littérature française avant de se consacrer entièrement à sa passion. Mehdi se distingue aussi par son jeu de scène, l’émotion y est garantie. Le public a même pleuré lors de son dernier concert lorsque K-Libre a interprété son titre «Chouft la3ma», (J’ai vu la cécité), assis  sur une chaise les yeux bandés.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *