Rafik Boubker : «Je suis un inconditionnel des villes côtières»

Rafik Boubker : «Je suis un inconditionnel des villes côtières»

ALM : Parlez-nous de vos nouveaux projets ?
Rafik Boubker : Je viens de rentrer d’une tournée de quatre semaines en Belgique. Je suis en plein tournage d’un nouveau film qui s’intitule «Moussem Lemchawcha». Je viens aussi de terminer le tournage du film «Les larmes d’argent» de Mourad Boussif.Ce film parle des tirailleurs marocains. J’y joue le rôle de Bouchaib, un soldat marocain qui combat pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale. Mon troisième projet pour cette année est le film «L’ex-Chemkar» de Mohamed Fritès. Dans ce film,je joue le rôle d’un ex-SDF qui a réussi. Ce film sera projeté juste après le mois de Ramadan. Mon quatrième projet est le téléfilm «Arroussa Allah» de Said Azar, et enfin, «Le chatiment» de Hicham Ain El Hayat.

Et pour le mois du Ramadan ?
Pour le mois sacré, je suis en pleine préparation d’une sitcom « Mazmozil Kamilia». «Les anges de Satan», dans lequel je joue, sera peut-être programmé pour le mois sacré sur la deuxième chaîne.

Est-ce que vous avez pensé un jour passer derrière la caméra ?
Oui, bien sûr. Je suis même en train de boucler un projet de réalisation. Je suis à l’étape finale de mon premier court métrage intitulé «Zghibatte», dont la sortie est programmée en 2009. Ce court métrage, de cinq à sept minutes, raconte l’histoire d’un coup de foudre entre une femme très riche et un homme pauvre qui se donnent rendez-vous, mais ils ne vont jamais se voir.

Quelles sont vos destinations préférés pendant la période estivale ?
J’aime beaucoup Tanger et Casablanca ma ville natale bien sûr, Fès aussi. Généralement, je suis un inconditionnel des villes côtières. Je n’aime pas les villes où il n’y pas de plage.

Comment êtes-vous arrivé à devenir acteur ?
C’est quelque chose d’innée. Quand j’étais enfant,le domaine du cinéma me fasciné. J’ai joué dans des pièces de théâtre au collège et au lycée.Mais les choses ont changé lorsqu’au j’ai rencontré Hamid Basket. C’est ce grand acteur qui m’a encadré.Depuis lors, j’ai voulu me faire une place dans le domaine du cinéma.

Faites-vous un autre métier à part le cinéma ?
Non, je n’ai pas d’autre métier . Mais dans un avenir proche,je voudrais me consacrer à la réalisation notamment celle des clips musicaux, publicitaires ou documentaires, mais pas ceux de la fiction.

Etes-vous satisfait de votre parcours ?
Matériellement parlant,je ne suis pas satisfait. Mes revenus ne sont pas à la hauteur de mes diplômes. Je suis licencié de la faculté des lettres de Ain Chock. J’ai aussi une maîtrise en communication audiovisuelle obtenue à Turin, en Italie. Mais, au niveau de ma carrière artistique, je suis très satisfait de ce que j’ai réalisé jusqu’à aujourd’hui. Je suis un acteur aimé du public marocain, et c’est un honneur pour moi.

Quel est votre chanteur préféré ?
J’aime écouter Abdelhadi Belkhayat, Larbi Batma et d’autres.

Qu’est-ce que vous pouvez nous dire sur le cinéma marocain ?
Le cinéma marocain est sur les rails. les réalisateurs sont en train de se confirmer au niveau international, avec les nouvelles productions,ça commence vraiment à bouger.

Que représente l’été pour vous ?
Pour moi, l’été c’est le moment de l’année où l’on se libère du stress de la vie quotidienne. Il représente aussi pour moi la mer qui est la plus belle chose que Dieu a créée sur Terre. Un lieu dont j’en suis fou.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *