Ramadan des célébrités : Karima Skalli : «Ramadan n’est pas un mois de paresse»

Ramadan des célébrités : Karima Skalli : «Ramadan n’est pas un mois de paresse»

«Il ne faut pas prendre le Ramadan pour un moment de repos… Au contraire, il faut redoubler d’efforts durant ce mois et travailler encore plus», affirme Karima Skalli qui considère également que le Ramadan est l’occasion ou jamais pour faire un bilan total de sa vie. Pour la cantatrice marocaine, c’est aussi le moment de se rapprocher du Créateur, de soi même et des autres. En ce qui concerne ses habitudes, Ramadan ne chamboule pas grand-chose. «J’essaie de travailler et de garder la même cadence qu’auparavant à condition de ne pas trop forcer car, comme tout le monde, j’ai tendance à manquer de carburant durant ce mois», confie-t-elle avec son sourire charmeur. Depuis que ses deux aînés ont quitté le nid familial pour poursuivre leurs études supérieures à l’étranger, Karima Skalli a de moins en moins d’occupations. Sa cadette, Meryem, 15 ans, est sa seule occupation actuelle. 
Programme ? La chanteuse en a un assez soft durant la journée : «Je me réveille vers 10h, je lis mon courrier, je m’occupe de la maison… L’après-midi, je fais des lectures et je travaille un peu ma voix en faisant des exercices vocaux et des exercices de respiration». Côté sport, sa santé ne lui permet pas beaucoup d’excès. D’habitude, la chanteuse opte pour les sports légers, mais durant le Ramadan, elle s’en passe pratiquement. La  marche et la natation qu’elle pratique laissent place à de simples exercices de respiration «Durant le Ramadan, le sport prend de moins en moins de dimension dans ma vie… Ma santé est fragile et je manque souvent d’énergie», explique la chanteuse.
En ce qui concerne son alimentation, Karima skalli est de nature peu gourmande. Dans ses goûts, la chanteuse est typiquement marocaine : Harira, Baghrir… et Briwates. «La Harira est indispensable pour moi, mais lorsque j’ai un concert, j’essaie de ne pas en prendre», déclare-t-elle. Elle ajoute, par ailleurs, «on a beau cuisiner des chhiwates… Lors du f’tour, on ne peut pas manger grand-chose, c’est seulement ‘l’âayn li tatakoul’, comme on dit».
Pour ce qui est de la télévision, un peu de zapping ne fait pas de mal. «Je ne regarde rien de particulier. Je zappe toujours entre les deux chaînes pour voir un peu ce qui se passe, surtout en terme de sitcoms…Je pense que ce n’est pas évident de faire rire les gens avec les mêmes personnages, les mêmes thèmes, et les même blagues», confie-t-elle. Lorsqu’elle n’a pas de concert durant la soirée, Karima Skalli dort très tôt après une petite séance de lecture pour cuisiner son sommeil.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *