Ramadan en famille

Ramadan en famille

Chez Halima Assali, Ramadan est un mois sacré où l’on respecte les us et les coutumes marocaines. Entre Rabat et Khénifra, sa ville natale, elle ne ménage aucun effort pour bien mener ses deux carrières. Celle de membre jugé actuellement des plus influents au sein du MNP et celle de «woman farmer» très proche de la terre. Native de Khénifra, cette jeune mère de deux filles est particulièrement liée à la terre. «Avant d’entrer dans la sphère politique, l’agriculture ainsi que l’élevage sont les deux secteurs que je maîtrise le mieux. D’ailleurs, et quand je suis à Khénifra, je me lève quotidiennement tôt pour veiller sur notre ferme. Il faut dire que durant ce mois sacré, c’est plutôt la grasse matinée !»,  raconte avec amabilité Halima Assali. Et d’ajouter : «Ramadan est également un mois de sérénité et de spiritualité où l’on tient à accomplir son devoir envers Dieu. J’accorde également une partie de mon temps à la lecture du Coran ». Et c’est bel et bien à Khénifra où elle préfère passer ses journées ramadanesques avec sa petite famille. Tenant à consolider davantage les liens familiaux, Halima Assali invite quotidiennement ses proches et ses amis à venir déguster ses plats et autres délices préparés selon la manière khénifrie.  «Nous passons généralement nos soirées ramadanesques entre familles. Ce sont là des moments de convivialité que l’on aime bien partager avec nos amis, nos proches et nos voisins», dit-elle.
En fait, l’hospitalité est une seconde nature chez cette femme originaire du Moyen Atlas qui accueille chaleureusement ses convives d’ici et d’ailleurs. «Nous venons d’inviter des amis suisses à partager avec nous le repas du Ftour. Devant les plats présentés, ils sont restés bouche bée. Pour eux, nous sommes de vrais gourmands !», lance Halima Assali tout en riant. En fait, les gens de Khénifra sont connus pour leurs générosité et l’accueil chaleureux qu’ils réservent à leurs invités.
Les vieilles recettes de cette région sont ainsi de plus en plus admirées durant ce mois-ci, notamment «Zemmita» : «C’est vraiment une pure spécialité de la région que l’on continue toujours à préparer avec la même façon et surtout avec la même passion que nos grands-mères. On commence d’abord par griller le blé, puis le moudre finement. Après, nous ajoutons à cette farine du miel, du beurre et un peu de thym et nous la coupons en petits morceaux que l’on sert avec un bon verre de thé. «Zemmita» est un vrai délice que seules les femmes de Khénifra peuvent réussir !». 
Cordon bleu, Halima Assali saisit cette occasion pour dévoiler le secret de l’une des recettes qu’elle maîtrise le mieux, Baghrir. «C’est simple comme bonjour ! Il suffit de mettre dans un mixeur de la semoule, un œuf et de l’eau gazeuse. Le tour est joué et vos crêpes sont singulièrement appétissantes ! », lance-t-elle. Côté politique, Halima Assali est sans conteste une députée qui se veut l’interprète des aspirations de sa région. En 2002, lors des élections législatives, elle a été en seconde place sur la liste nationale du Mouvement Populaire. Ceux qui connaissent de très près cette fervente militante au sein de la formation politique de Mahjoubi Aherdan savent qu’elle a été responsabilisée depuis son jeune âge. C’est ainsi qu’à peine 18 ans, la jeune épouse de Kaïdi Mohamed Amhroq s’occupe elle-même de la gestion de leurs exploitations agricoles. Depuis, cette battante s’est frayée petit à petit son chemin tout en restant simple, modeste et conviviale.

A lire aussi : Ramadan : La cuisine politique de Nezha Skalli

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *