Saâd Ibnou AbI Waqas (1)

Les nouvelles du front perse arrivent très mauvaises à Médine. Les Perses ont exterminé dans la bataille d’AI-Jisr 4000 combattants en un seul jour et les Irakiens ont violé leur pacte. Le khalife Omar ben al-Khattab (r) décide d’aller lui-même au front pour diriger les armées musulmanes dans une bataille décisive contre les païens de Perse. Il délègue ses pouvoirs à Ali ben Abou Talib et prend le chemin à la tête d’un groupe de compagnons. Mais, à la sortie de Médine, des compagnons donnent un autre avis.
Ils disent à Omar de désigner un autre compagnon pour cette mission, La raison avancée est que l’émir du croyants ne doit pas s’exposer au danger en cette période cruciale pour l’Islam. Alors Omar convoque sur place une réunion pour la concertation. Ali ben Abou Talib regagne le groupe, ainsi que des notables de Médine. Par la suite, tous adoptent l’avis proposé. Omar accepte de rester à Médine ‘puis dit: «Qui allons-nous envoyer en Irak?» Abderrahman ben Aouf propose alors Saâd Ibnou Abi Waqas. Après que le conseil a appuyé cet avis, l’émir des croyants convoque Saâd et le nomme commandant de l’armée.
Qui est donc ce nouveau chef de l’armée du front perse? C’est Saâd ben Malek az-Zuhry, qu’on appelle aussi Saâd Ibnou Abi Waqas. Son grand-père est Ouhayb ben Manaf, l’oncle paternel de Amina, la mère du Prophète (ç). Il a embrassé l’Islam à l’âge de 17 ans. «A une certaine époque, j’étais l’un des trois premiers qui ont embrassé l’Islam.», disait-il.
En effet, dès les premiers jours de l’Islam, Saâd se convertit et prête allégeance au Prophète (ç). Les livres d’histoire et de biographie nous disent qu’il a embrassé l’Islam par l’intermédiaire d’Abou Bakr. Peut-être qu’il a déclaré sa conversion le jour où Othman ben Affan, az-Zoubayr ben al-Awam, Abdarrahman ben Aouf et Talha hen Obaydallah ont fait la même déclaration. Cependant, cela n’empêche pas qu’il s’est converti clandestinement avant cette date. Saâd Ibnou Abi Waqas a certes de nombreux titres de gloire, mais il n’aime en citer que deux. Il est le premier tireur de flèches pour la cause de Dieu et le seul musulman à qui le Prophète (ç) a dit: «Tire, Saâd. Que soient sacrifiés pour toi mon père et ma mère!»
Abi ben Abou Talib témoigne : «Je n’ai jamais entendu le Messager (ç) dire cela à quelqu’un, sauf â Saâd. Je l’ai entendu dire, lors de la bataille d’Ouhoud: «Tire, Saâd. Que soient sacrifiét pour toi mon père et ma mère!».
En outre, Saâd possède deux armes efficaces: Son tir précis et son invocation. Sa flèche ne rate jamais un ennemi dans les batailles et son invocation est toujours exaucée par Dieu. Ses compagnons expliquent cela par l’invocation du Messager (ç) en sa faveur: «Ô Dieu! oriente bien son tir et exauce son invocation.». A propos de l’invocation exaucée, voici le témoignage de Amir ben Saâd: Saâd a vu un homme en train d’insulter Ali, Talha et AzZoubayr. Il lui a dit d’arrêter mais l’homme a continué dans ses insultes. Saâd lui a alors dit: «Dans ce cas, je vais invoquer (Dieu) contre toi!» L’autre dit: «Je vois que tu me menaces, comme si tu étais un prophète!».  Saâd se retire, fait des ablutions, puis fait une prière de deux rakâs. Après quoi, il lève les deux mains au ciel et dit: «Ô Dieu! si tu sais que cet homme a insulté des gens qui ont eu de toi la splendeur et que ses insultes contre eux te mécontentent, alors fais de lui une leçon.»

• «Des hommes autour du Prophète»
Khalid Mohammad Khalid
Traduction : Abdou Harakat
Ed. Dar Al-Kotob Al-Ilmiyah
Beyrouth, 2001 – 224 pages

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *