Settat rend hommage à Ahmed Ben Yessef

Settat rend hommage à Ahmed Ben Yessef

Un peu loin d’une certaine avant-garde de la métropole casablancaise qui domine la scène et le marché de l’art plastique national, il existe des énergies et un potentiel créatif qu’il faut mettre en valeur et échanger avec le monde. C’est ce qu’essaie de faire l’association Bassamat Chaouia Ouardigha à travers son Festival international des arts plastiques de Settat, dont la huitième édition débute aujourd’hui et se poursuivra jusqu’au 20 juillet. «Créer une tradition culturelle et artistique dans la région de Settat et participer au développement de cette dernière à travers l’art», est l’objectif de cet événement indique Rabiaâ Echahed, directrice du festival. «Nous travaillons toute l’année. Notre association assure la formation de 50 jeunes artistes et ce festival constitue une synthèse de nos efforts», souligne-t-elle. Les yeux du public settati seront gâtés en couleurs et formes. Ce qui marque ce rendez-vous est bel et bien la participation d’artistes internationaux en provenance de 14 pays. Les jeunes artistes de la ville auront l’occasion d’exposer aux cotés d’artistes internationaux confirmés. Aussi plusieurs fresques et peintures en plein d’air seront réalisées. Ce rendez-vous sera marqué également par des hommages rendus à des artistes marocains de renom, en l’occurrence Ahmed Ben Yessef. Ahmed Ben Yassef a fait ses études à l’École des beaux-arts de Tétouan et à l’École supérieure des beaux- arts de «Santa Isabel de Hongrie» où il avait obtenu le titre de professeur de dessin. Cet artiste ayant plus de 40 ans de carrière a évolué autour de plusieurs écoles artistiques, passant du «figuratif» au «néo figuratif» qui, par la suite, se transforme en «réalisme» et en «hyper réalisme» pour marquer un retour au «figuratif» à expression impressionnante. Ben Yessef définit l’art et la peinture comme étant «une activité laïque qui permet la pratique de toutes les tendances sans discrimination, ni favoritisme envers aucune d’entre elles même si quelques unes auraient plus de fidèles que d’autres». «La peinture n’est ni figurative ni abstraite, elle est tout simplement peinture. Seront aussi à l’honneur d’autres noms comme Ikram Kabbaj, Karim Alaoui, Tibari Kantour, de vrais créateurs avides de beauté, d’aventure et de liberté. Aussi sont prévues plusieurs expositions de peinture, céramique, sculpture, design et installation, ateliers de dessin et peinture animés par des artistes marocains et étrangers ainsi que des conférence.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *