Sites de mon pays : Escapade dans les gorges de Todra

Sites de mon pays : Escapade dans les gorges de Todra

Les gorges de Todra sont des falaises hautes (max 300 m) et étroites. Avec une voiture "normale", on peut avancer pas mal à l’intérieur des gorges sur une bonne route en bitume, étroite, jusqu’à une rivière où l’on passe à gué. Puis le chemin est en terre avec des cailloux. Il y a un hôtel et des restaurants aux pieds de la plus haute falaise. C’est de là que s’élancent des grimpeurs avec leur équipement, à l’assaut de la falaise.
La Vallée de Todra est une oasis qui se déroule comme un ruban de verdure au milieu d’étendues désertiques, sur une longueur de 20 kilomètres et une largeur moyenne de 1 à 2 kilomètres. Les limites de la vallée sont au Nord, le grand Atlas, les seuils et la vallée de l’oued Imider ; au sud, la partie orientale du jbel Saghro à l’Est, les chaînons orientés nord sud du Bou Touri, le jbel Tisdafin et le Ferkla.
L’oued de Todra est un des oueds du Chéris, il change de nom dans sa partie inférieur et prend celui du district qu’il traverse, le ferkle, avant de se jeter dans le chéris. L’oued descendant du grand Atlas est alimenté dans sa partie haute par de nombreuse et ne manque jamais d’eau, tout au moins dans sa moyenne vallée.
L’oued Todra a une eau limpide et agréable au goût, son lit n’en manque jamais ; un grand nombre de canaux en dérivent, donnant en tous temps un arrosage abondant aux plantations qui le bordent. Pendant la partie inférieure de son cours où il traverse l’étage inférieur de la plaine, il coule au milieu d’une tranchée d’environ 1000 mètres de large séparée du terrain voisin par des talus escarpés de 8 à 10 mètres. Le fond de la tranchée, de sable, est couvert de cultures et de palmiers : c’est le coeur de l’oasis… dans la partie où il traverse l’étage supérieur, l’oued se creuse une vallée à pentes douces ayant au fond 1.200 à 1.500 mètres de large. Au moment de la fonte des neiges, l’oued Todra trop puissant, franchit parfois son gouffre de Testafit. Il poursuit son cours à travers la plaine dans un lit qui tout le reste de l’année n’est qu’un large chemin rempli de galets ainsi, pendant quelques jours chaque année l’oued Todra et l’oued Ferkla ne sont qu’une seule rivière.
Le Todra compte quelques affluent, presque toujours à sec. Les principaux sont : sur la rive gauche, l’assif Tidrin; l’Imi N’ouzlag, qui conflue aux Aït Snan, l’oued Arg n’sidi Ali ou Bourk, qui conflue à Taourirt n’imzilen, et l’oued Imider qui se jette dans le Todra à Taria. Tous les oueds n’ont d’eau qu’au moment des pluies.
La vallée de Todra conserve un patrimoine architectural remarquable à plusieurs égards, en particulier par son harmonieuse intégration aux paysages dans lesquels il s’insère, celui-ci comporte une quarantaine de Ksars et Casbahs ayant des proportions et des volumes variables mais la vie quotidienne qui s y déroule est caractéristique et dénote une identité séculaire. villages fortifiés ( Ksour) et casbahs s’échelonnent le long des deux rives de l’oued Todra de la haute à la basse vallée.

• Source : www.ouarzazate.com

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *