Sortir de soi en quête de sérénité et de sagesse

Dans un quotidien où le stress s’est fait maître, il est devenu important pour tout le monde de sortir du labyrinthe de ses angoisses et de ses pensées pour se retrouver et fixer ses repères.
Le rythme de vie que mènent, aujourd’hui, les individus, à s’y confiner, mène tout droit aux troubles  psychiques ou même psychiatriques. Cela a, d’ailleurs, été prouvé du point de vue scientifique.
Actuellement, la tendance est à la zen-attitude, le fait de se libérer des idées et de ce qui essst appelé par les adeptes les pensées noires, obscures, ou même négatives. Le zen, c’est par excellence la pratique de la posture des bouddhas, c’est-à-dire le zazen, la méditation en posture assise dite du «lotus».
Dans ce sens, il faut souligner que «za» signifie «s’asseoir», et «zen» fait allusion à la «concentration» et la «compréhension». Ainsi, la pratique de zazen consiste tout simplement à s’asseoir et à méditer. Mais les « maîtres » de cet « art » clament aussi que c’est toute posture(même debout) ou mouvement (comportant même la danse), permettant à l’esprit de se libérer et de se vider de toutes les ondes négatives qui l’emprisonnent et l’étouffent.
Il s’agit, par ailleurs, de sortir de soi, de laisser ses pensées vagabonder jusqu’à sans frontières.
C’est le moyen de fuir les tensions quotidiennes, c’est l’exercice spirituel pour « atteindre la sagesse » comme la définissent les connaisseurs. Les adeptes en en fait un moyen de s’épanouir, et de devenir «zen».  Qu’ils soient en quête d’une plus grande concentration dans leur vie professionnelle, de réduire leur stress, leurs angoisses, et pour se procurer plus de tranquillité d’esprit, ou pour arriver à avoir une perception plus profonde de la beauté et de la richesse de la vie, ils y trouvent tous leur compte.
Ainsi, par le simple fait de s’asseoir et de tourner son attention et ses pensées vers l’intérieur, les personnes qui pratiquent le yoga, par exemple et les autres formes de méditation en général, trouvent remède au stress et aux pressions qui les entourent.
Les mots: méditation et zen sont entrés dans le langage courant, mais, dans le fond, beaucoup de gens ne saisissent pas la vraie portée de la chose, et classent la «zen attitude» dans les qualificatifs d’un comportement calme et réfléchi, mais sans plus.
La zen attitude est aussi un état d’esprit qui a dépassé la nuance théologique dont il s’imprégnait jusque-là.
Plus loin  que le fait d’adorer tel ou tel autre maître et en faire son « maître de vie », les gens de toutes origines et de toutes croyances aspirent à la méditation  sous quelque forme qu’elle soit pourvu de pouvoir, dans cette évasion qu’ils offrent à leur esprit, puiser la sérénité et la paix.
Pour les plus initiés, il est aussi question de parler du rejet du «moi», de sortir des banalités de la vie pour arriver à un stade supérieur de pensée et de paix. D’autres prônent que le zen ne peut être considéré comme une thérapie. C’est plus un moyen d’apporter le bien-être. Il soulignent néanmoins que ce n’est « pas une religion, mais il nous procure une intense expérience et vécu spirituel. Il n’est pas une philosophie non plus, mais il apporte des  réponses à nos questions de vie car le Zen nous donne la possibilité  de vivre l’essentiel, de découvrir notre Nature profonde et véritable au- delà de toute définition, croyance ou règle, par une expérience de contact direct avec notre essence spirituelle».
Pour ces amoureux de méditation, il s’agit de dépasser les obstacles et les difficultés de la vie quotidienne, tant en joies qu’en tristesses, pour faire preuve de stabilité, de force, d’équilibre, et de confiance.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *