Soufiane Nouamane, un artiste en herbe

Soufiane Nouamane, un artiste en herbe

Primé pour la qualité de son œuvre, Soufiane Nouamane a réussi à convaincre l’ensemble du comité du jury lors de la première édition du concours «Prix Pré Vinci pour l’art contemporain 2009». Cet événement a été organisé dernièrement à l’Ecole supérieure des beaux-arts de Casablanca. «J’étais très excité à l’idée de participer à ce concours», affirme Soufiane. Et d’ajouter : «Ce concours nous a donné la possibilité d’imaginer un concept, un visuel, une œuvre picturale ou de concevoir un objet en relation directe avec une des valeurs fondatrices du concept Le Pré Vinci, à savoir la culture de l’art, la beauté féminine, la connaissance et la culture du luxe».
Grâce à son ambition de réussir, ce jeune artiste de 21 ans a ramené une nouvelle idée qui l’a distingué des autres élèves des beaux-arts participant au concours. Pour l’élaboration de  cette idée, Soufiane Nouamane s’est basé sur deux concepts différents.
Le premier est la technique de fusain, le deuxième est le mouvement Pop Art. «En dessinant avec le fusain, je voulais ressortir dans une partie de mon travail le caractère ancien et antique. Alors que je me suis inspiré du pop art pour actualiser et rendre moderne l’autre partie de mon œuvre», explique  le jeune artiste. Et comme modèle dans son œuvre, le choix de ce dernier s’est porté sur le portrait de l’artiste Léonard de Vinci. Il explique cela par le fait que c’est un homme d’esprit universel, connu par son savoir dans plusieurs domaines … «Je n’ai rien rajouté à son visage, mais je n’ai pas mis ses deux yeux dans ma toile pour marquer sa mort», explique Soufiane.
Ainsi il s’agissait pour ce dernier de mettre en évidence dans une même œuvre le contraste de Léonard de Vinci cet homme à la fois vieux et moderne. Soufiane a choisi des couleurs claires, vives et attirantes pour son portrait : un costume en rose, une chemise en bleu et une cravate en rouge. «Pour le fond de la toile, j’ai utilisé la première technique, ainsi que des couleurs dégradées entre le bleu et le vert. J’ai utilisé ces deux couleurs pour donner une harmonisation à ces deux concepts», explique Soufiane. Finalement, l’œuvre de Soufiane Nouamane prendra place au Pré Vinci, le plus confidentiel des palaces casablancais, exclusivement dédié à l’événementiel de luxe au Maroc et qui ouvrira ses portes au printemps 2010.
Avant d’intégrer l’Ecole des beaux-arts de Casablanca, le jeune artiste-peintre avait décroché un baccalauréat en sciences expérimentales en l’année 2007-2008. «Au début, j’avais peur que mes parents n’acceptent pas de me laisser poursuivre des études artistiques. Mais, ils ont fini par me donner leur bénédiction, eux-mêmes ayant la fibre artistique», souligne Soufiane. Ainsi sa conversion vers l’art n’est finalement pas fortuite, fils d’un père qui aime la musique et d’une mère qui aime la broderie. «Quand j’étais petit, je n’ai pas fait des dessins. J’ai été influencé par mon frère aîné, lui-même un excellent dessinateur. J’ai voulu donc faire comme lui et devenir mieux que lui».
Pour réaliser son rêve, ce passionné avait commencé à  réaliser sur des t-shirts des logos, des dessins et toutes sortes d’idées. C’est à partir de cette période que Soufiane créé et innove. Soufiane souhaite se spécialiser en architecture et design après sa première année.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *