Taghazout : CMKD et ses partenaires en Pole position

Taghazout : CMKD et ses partenaires en Pole position

Plus que quelques jours pour la désignation de l’adjucataire final de la station balnéaire de Taghazout. Après l’ouverture des plis le 25 décembre 2005, date limite de dépôt des offres relatives à la concession de l’aménagement et du développement du site, c’est le groupement constitué par CMKD, TUI, MHV, Attijariwafa Bank et Ynna Holding, qui fait figure de favori. Une tendance d’autant plus nette que quelques consortiums, déjà présélectionnés ont jeté l’éponge en cours de route  La force du groupement formé entre CMKD et TUI, MHV , Attijariwafa Bank et Ynna Holding vient d’abord de la diversité de ses membres, et de la convergence de leurs intérêts réciproques pour la réussite de ce projet. CMKD, opérant dans l’hôtellerie et l’immobilier, entre autres, a formé son tour de table avec des investisseurs de premier rang que sont Maroc Hôtels et Villages (MHV), filiale du groupe CDG et est aussi l’aménageur des sites de l’Aguedal à Marrakech et de Ghandouri à Tanger. Ynna Holding qui a rejoint le tour de table opère dans divers domaines, notamment  le BTP, promotion immobilière, hôtellerie. Attijariwafa Bank est le premier groupe bancaire du Maroc. Quant à l’allemand TUI, il est leader mondial dans le domaine du tourisme. L’analyse des différents candidats restant dans la course à l’adjudication finale donne le groupement mené par CMKD comme favori. Rappelons qu’il reste en lice Colony Capital et Fadesa.  Le suspense sera levé avant la fin de fèvrier, rappelle-t-on dans les parages du ministère du Tourisme.
Présent dans l’immobilier, le tourisme et les finances par le biais de deux fonds boursiers, CMKD Fund et CMKD Croissance, le Consortium koweïtien compte développer avec ses partenaires du groupement, présents également dans différents secteurs, plus de 5.000 chambres, assurer le développement, la promotion ainsi que la commercialisation de la future station balnéaire de Taghazout. Au Maroc depuis 1969, le CMKD a initié plusieurs projets de développement en partenariat entre Marocains et Koweïtiens par le biais de la Caisse koweïtienne pour le développement. Ainsi, le CMKD a investi plus de 9 milliards de dirhams dans des projets à forte valeur ajoutée pour le Maroc que sont les barrages, l’électrification, l’agriculture, les autoroutes… Quant au niveau mondial, les investissements du Fonds koweïtien tournent autour des 100 milliards de dollars US. Difficile de faire concurrence avec un groupement où est présent CMKD dont la santé financière de la maison mère n’est plus à prouver. La désignation de l’adjucataire mettra fin à un long dossier à rebondissements. Confié dans un premier temps au groupe Dallah Baraka, via la société Palais des Roses International, le projet s’est englué très vite dans les querelles entre l’homme d’affaires saoudien et son ex-partenaire marocain, Azzedine Lakhouaja, toujours en délicatesse avec la justice. L’affaire aura duré plus de trois ans, de querelles, d’expertises et de contre-expertises sans que l’essentiel, à savoir le lancement du chantier, n’ait démarré. Aujourd’hui, l’adjucataire de Taghazout devra mettre les bouchées doubles pour rattrapper  les autres stations du plan Azur. Pour éviter de retomber dans le mêmes piège que le  précédent, le ministère de tutelle a introduit dans les critères de sélection, la capacité de démarrer les travaux dans les brefs délais. Un autre point qui renforce le dossier du consortium conduit par le CMKD.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *