Tina Turner : Simplement la meilleure

Tina Turner : Simplement la meilleure

Pendant les années 80, Tina Turner, avec sa voix suave, a révolutionné la musique Soul en y ajoutant une touche rock. Son originalité lui a valu le titre de la «lionne du rock». Ses prestations scéniques étaient hallucinantes et pleines d’énergie. Une bête de scène qui s’est vite hissée au rang de superstar.  Née en 1939 dans le Tennessee, Anne Mae Bullock, alias Tina Turner, a connu une vie difficile. Une vie pleine de rebondissements et de surprises, tel un roman dramatique. À l’âge de 17 ans, lorsqu’elle vivait à l’ouest de Memphis, elle commence à chanter du Gospel à l’église. Après, c’était dans les bars miteux de la ville où elle se produisait pour quelques poignées de dollars.
En 1956, la chance lui sourit lorsqu’elle rencontre dans un bistrot Ike Turner, le chanteur du groupe «Kings of Rhythm». Celui-ci, après avoir catégoriquement refusé de l’entendre chanter, lui accorde une chance. Surpris par sa voix très masculine, il ne pouvait que tomber sous le charme de son immense talent.
Dès lors, Tina (surnommée ainsi par Ike Turner en hommage à Sheena «Reine de la jungle» et personnage de BD à laquelle Ike vouait une grande passion) intègre le groupe avec lequel elle se produira tous les week-ends en tant que choriste.
En 1958, les deux chanteurs se marient et obtiennent leur premier succès avec «A fool in love», produit en 1960 sous le label Sue. En 1969, le duo a fait la première partie d’un concert des Rolling Stones qui les a propulsés vers la célébrité.  En 1971, Ike et Tina Turner décrochent un disque d’or pour leur album «What you hear is what you get» enregistré à New York. Leur mariage a pris fin de façon brutale en 1976 suite à  la violence récurrente de Ike. Tina travaille alors avec un nouveau manager, Roger Davies, qui lui fera découvrir de nouveaux styles musicaux. L’album «Private dancer» a été vendu à plus de 5 millions d’exemplaires grâce au titre locomotive «What’s love got to do with it» dans lequel elle s’adresse à son ex-mari. À 46 ans, elle revient au premier plan de sa carrière. Les portes du cinéma s’ouvrent à elle : elle tourne «Mad Max 3», dont elle interprète la BO «We don’t need another hero». C’était en 1985. Ainsi, Tina a réussi son come-back. Elle chantera ensuite en duo avec Mick Jagger sur la scène de Live Aid puis avec Brian Adams pour le titre «It’s only love». En 1989, Tina s’est placé en tête des hits parade dans 7 pays d’Europe avec «The best», premier extrait de son album "Foreign Affair".  Cette fois, Tina jure que cette tournée sera la dernière… 
En 1991, une compile (en toute modestie) «Simply the best» ce qui signifie «la meilleure, simplement» regroupe tous ses plus grands tubes. Et en 1995, Tina interpréta la BO du nouveau James Bond, «Goldeneye». Elle revient en 99, bien qu’elle n’ait jamais véritablement quitté la scène, avec "Twenty four seven" un album pop rock. Depuis, Tina Turner semble avoir réellement décroché. Nous réserve-t-elle un autre come back surprise ? Affaire à suivre…

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *