Traditions ramadanesques : Agadir : Ambiance familiale et générosité

Traditions ramadanesques : Agadir : Ambiance familiale et générosité

A Agadir, comme dans toutes  les villes marocaines, les prémisses de ce mois sacré se font sentir bien avant. Les deux souks de la ville et ses régions connaissent une très grande affluence. Les habitants s’approvisionnent de denrées alimentaires et d’épices pour la préparation de la harira et des gâteaux et pour concocter de bons petits plats savoureux. La table du ftour doit être bien garnie car elle réunit l’ensemble de la famille et des amis dans une ambiance de convivialité et de joie. Pratique religieuse, consolider les rapports familiaux et la solidarité en est une des plus importantes. D’ailleurs à Agadir, tout se fait dans la bonne humeur. Bien avant le mois sacré, la préparation de la Chabakia rassemble tout un groupe de femmes : voisines, proches et amies qui se retrouvent dans la cuisine pour préparer ce délice. Chacune s’acquittant d’une tâche pour faciliter le travail. Même méthode pour la préparation de Slilou et autres gâteaux. La préparation en famille de ces délices constitue encore une des particularités de cette ville où les relations familiales sont un principe respectées par tous. Des femmes aux foyers profitent du Ramadan pour proposer leurs services à celles qui travaillent et n’ont pas le temps de se consacrer aux préparatifs du Ramadan. Un revenu occasionnel, ces «traiteurs à domicile» préparent et vendent leurs produits faits à la maison sans quitter leur foyer. Et elles sont très sollicitées puisqu’en plus de leur savoir-faire, on a confiance dans leur respect de l’hygiène.
Sur la table du ftour, la harira constitue le plat principal. Accompagnée de dattes, elle est le plat d’entrée pour rompre le jeûne. Cependant, une des soupes très connue dans la région du sud lui fait concurrence en ce mois sacré. Il s’agit d’une soupe préparée à base de maïs. Sa préparation ne nécessite guère beaucoup de temps et se caractérise par ses bienfaits, puisqu’on y ajoute l’arôme de l’huile d’argan.
Autre plat apprécié et que l’on retrouve souvent sur la table du ftour : le poisson. «Nous avons pour coutume de préparer des plats à base de poisson, car il est à la fois délicieux et très bénéfique pour la santé après une longue journée de jeûne. C’est pourquoi, nous venons nous approvisionner dans le marché quotidiennement de poisson frais», indique Aicha qui faisait ses courses dans le marché municipal du poisson. Connue par ces vastes plages, la ville d’Agadir est célèbre pour le commerce de différents types de poissons. Le marché ne désemplit pas et encore moins en ce mois sacré. Accompagné de salades, le poisson reste une composante essentielle du ftour.
Par ailleurs, la visite des proches et amis constitue l’une des coutumes de ce mois de Ramadan. Les familles et amis s’invitent à tour de rôle pour partager des moments de convivialité. «Ce mois sacré constitue une occasion pour renforcer nos liens avec les membres de nos familles et amis. Nous oublions nos conflits et différends pour nous réunir autour d’une seule table et partager le même plat», souligne Fatima qui rend visite à ses amis et ses proches tout au long du Ramadan. Après une longue journée de jeûne et de travail, hommes et femmes se laissent tenter par une petite promenade au bord de la plage. Une balade au claire de lune qui est devenue une coutume pour les habitants de la ville.Les terrasses des cafés donnant sur la plage connaissent d’ailleurs une très grande activité. Familles et amis se donnent rendez-vous pour profiter de l’air frais du soir et discuter, des fois même jusqu aux premières heures de l’aube.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *