Traditions ramadanesques : Asilah : Place aux cordons-bleus

Traditions ramadanesques : Asilah : Place aux cordons-bleus

Pour les habitants de la ville d’Asilah, le mois de Ramadan est l’un des événements religieux les plus attendus. Ils ont l’habitude de faire d’importantes dépenses pour accueillir ce mois sacré. Les femmes passent beaucoup de temps à s’y préparer. Cette grande fête commence à la veille du mois sacré par l’annonce de l’observation  du croissant lunaire. La nouvelle emporte la ville dans une ambiance de fête. Les rues s’emplissent de monde et les épiceries connaissent une grande affluence. Les retardataires se pressent pour acheter ce qui leur manque sur la liste des courses. Cette activité prend fin à l’approche du repas du s’hour.
La plupart des habitants ont l’habitude, au cours du Ramadan, de veiller jusqu’à la prière d’Al Fajr. C’est pourquoi, un grand calme règne dans la ville pendant la journée. Il n’est généralement interrompu que par le bruit de quelques femmes venues de la campagne qui font du porte-à-porte pour  vendre leurs marchandises, ou des cris d’enfants qui jouent au ballon. La ville ne reprend son activité qu’après la prière d’Al Asr. C’est le moment propice, pour les habitants, d’aller au port de la ville pour acheter du poisson. Des Tangérois y viennent aussi pour s’approvisionner en poisson frais. L’avenue Hassan II devient ce qu’elle était pendant la période estivale et connaît un grand engorgement. Quelques cafés et magasins se convertissent en vendeurs de chebakia. Les épiceries exposent des dattes, des sucreries et d’autres chhiouates spécifiques  à ce mois de Ramadan. Le souk, qui se trouve à proximité de cette avenue, est pris également d’assaut. Des marchands y vendent des fruits et des femmes proposent leurs succulents rghaïf, baghrirs et pain qu’elles viennent à peine de préparer chez elles.
L’heure de la rupture du jeûne réunit toute la famille autour d’une table copieusement garnie. Les Zaïlachis aiment prendre la harira (soupe marocaine) plus légère que dans d’autres régions. On prend ainsi le soin de ne pas mettre de légumes secs pour éviter les gonflements de l’estomac. Les femmes d’une même famille ou voisines se donnent pour compétition : la préparation des chhiouates. Les cordons-bleus excellent et prennent même le temps d’améliorer les recettes des plats et gâteaux, spécialités locales. La ville d’Asilah se distingue des autres régions du Nord par ses Mlaouis, auxquels les ménagères ajoutent des œufs et du sésame. Le repas de la rupture du jeûne comporte presque tous les jours des plats de poisson frit. Les jeunes qui raffolent de poisson ont l’habitude de se régaler de tagine qu’ils ont eux-mêmes préparé. Des femmes restent éveillées pour préparer du pain pour le repas du s’hour.
Par ailleurs, les mosquées ne désemplissent pas.  Les fidèles passent leur temps à prier et à donner l’aumône surtout au cours de la nuit du destin (la veille du 27e jour du Ramadan). Les enfants jeûnent et après le ftour, ils sortent vétus de leurs belles tenues traditionnelles. Quelques femmes profitent de l’occasion pour visiter les marabouts. Après la prière des «Taraouih», une ambiance festive règne dans la ville. Commencent alors les visites des proches et amis. Et comme il fait encore beau, les Zaïlachis ont l’occasion d’aller se promener sur le boulevard Moulay Al Hassan Ben Mehdi (sur la côte), pour respirer l’air frais de la mer. Le monument Krikia demeure l’endroit prisé par les Zaïlachis pour admirer une vue magnifique sur la mer et entendre les vagues valser. Les jeunes filles préfèrent se promener dans l’ancienne médina, où se trouvent les magasins de tissus et de prêt-à-porter.  Les hommes se donnent rendez- vous, quant à eux, dans les cafés, situés au centre ville pour jouer des parties de domino, parchi, rami, ronda… Le fameux café Zrirak, auquel l’écrivain Edmond El Maleh a dédié l’un de ses romans, demeure le lieu de prédilection  pour les célébrités, originaires de la ville d’Asilah. Beaucoup de Zaïlachis disent vouloir que ce mois du Ramadan dure un peu plus d’un mois.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *