Traditions ramadanesques : Mirleft : Un mois empreint de simplicité

Traditions ramadanesques : Mirleft : Un mois empreint
de simplicité

Pour les habitants de Mirleft, un petit village situé au sud d’Agadir, le mois de Ramadan est l’occasion de se réunir entre famille, autour d’une table bien garnie de plats concoctés à l’occasion par les mères de famille. Ces dernières en profitent pour mettre en pratique leur savoir-faire culinaire. Les préparatifs se font à l’avance. Dès le mois de Châabane, les ménages s’approvisionnent en matières premières: sucre, farine, épices et autres ingrédients achetés dans des souks hebdomadaires, connus par les habitants de la région. Les gâteaux sont confectionnés dans chaque famille par les mères et leurs filles qui se rassemblent pour la préparation des recettes. Cornes de gazelles, chebakias, briouates et figues au miel, la cuisine ne désemplit pas. Chacun s’attelle à exécuter une tâche dans une ambiance de bonne humeur envahie par des effluves de bonnes senteurs. La table du ftour est garnie d’une façon à privilégier la harira et les dattes servies, en premier, accompagnées d’un verre de lait.
Dans la tradition, le lait et les dattes sont connus pour être des purificateurs de l’organisme au même titre que l’eau.
Par la suite, les familles se rassemblent pour déguster les multitudes de pâtisseries servies avec du thé à la menthe, du café préparé avec des épices choisies à l’occasion, et moulu à l’ancienne pour un goût original.
Pour ce qui est de l’habillement, la tradition veut que, chaque année, les familles revisitent leurs gardes robes en s’achetant de nouveaux vêtements : des djellabas pour les hommes et des rubans de tissus pour les femmes qui les utilisent dans cette région pour se draper. Dans les magasins au centre de Mirleft, quelques jours avant l’avènement de ce mois sacré, les effets vestimentaires et accessoires supplantent dattes et autres confiseries sur les étalages. À l’occasion, les femmes se réunissent pour aller faire leurs achats en groupe. Un moment de relaxation et de pur plaisir. Pour elles, c’est l’occasion de faire des dépenses en plus, tout en s’efforçant d’adapter leurs moyens à la fièvre des achats et à la montée des prix, qui est une des spécificités de ce mois sacré.
Ramadan, c’est aussi l’occasion de privilégier les rencontres entre famille et amis. Ainsi de grands repas sont préparés, à tour de rôle, les familles se lancent les invitations pour égayer les soirées ramadanesques. Les 30 jours du Ramadan sont prioritairement consacrés aux visites des parents proches ou lointains. Des soirées qui s’organisent entre familles, connaissances et amis. Certains se donnent rendez-vous dans les cafés du centre de Mirleft. Après le ftour, les cafés et les petites ruelles reprennent vie. Les habitants quittent leurs maisons le temps d’une ballade dans le centre ville ou d’une petite marche en groupe jusqu’à la plage la plus proche. Histoire de se dégourdir les pieds et profiter de la brise nocturne.
Dans cette ambiance propice au jeûne et à la méditation, le mois sacré de Ramadan permet le passage à un moment de sacralité au niveau du temps.
Les dix dernières nuits du Ramadan sont entièrement consacrées à la prière. C’est le moment d’entamer un rituel social et culturel empreint d’une intense spiritualité. À la mosquée, durant ces soirs de recueillement, les habitants se retrouvent pour accomplir ensemble les prières du Taraouih.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *