Traditions ramadanesques : Tétouan : Ramadan ravive les vieilles traditions

Traditions ramadanesques : Tétouan : Ramadan ravive les vieilles traditions

Ramadan vient renforcer les traditions et changer le comportement des habitants. C’est aussi un événement qui exige beaucoup de préparatifs. Les maisons doivent être toujours propres, accueillantes et bien tenues, pour recevoir les visiteurs. Les Tétouanais, qui tiennent à l’occasion à être élégants, préparent pour cet événement de belles tenues traditionnelles. C’est pourquoi les couturiers traditionnels connaissent une grande demande durant le mois de Chaâbane et même au cours du mois de Ramadan.  Et selon les traditions de la ville, les habitants commencent à se rendre visite dès le troisième jour de ce mois sacré. Les Tétouanais se rassemblent pour rendre visite en groupe aux plus âgés de la famille. Les Tétouanaises prennent beaucoup de temps pour préparer les chhiwats en grande quantité pour accueillir les invités. Elles optent, le plus souvent, pour des recettes  à base d’amandes et de miel naturel.
Les journées sont généralement très calmes pendant le mois de Ramadan. Certains s’adonnent à quelques activités sportives tels que le football et le footing. D’autres, et surtout ceux d’un certain âge, ont pris l’habitude de se rendre à pied à Aïn Tourita ou Aïn Hama pour ramener l’eau si prisée de ces deux sources. D’autres encore font souvent des petits déplacements aux plages avoisinantes notamment à celle d’Azla, Rincone et Martil pour acheter du poisson frais aux pêcheurs de ces régions.
Les Tétouanaises excellent dans la préparation des chhiwats de Ramadan. Les arômes de leurs délicieuses recettes envahissent les quartiers. Les cordons-bleus font en sorte que la table de la rupture du jeûne soit bien garnie. Ce repas est composé de la soupe marocaine (Harira), Kwilich (Chbakia), Baklawa (une sorte de Briouat à base d’amandes et de miel). La table sera agrémentée aussi par Baghrir, R’ghaïf, Razat Al Kadi.
A la différence des autres régions, les Tétouanais servent le dîner en même temps que la Harira. Il est souvent composé du tagine des anchois ou d’autres types de poissons, puisque la majorité des Tétouanais raffolent de poisson. 
Les familles portent, par la suite, leurs plus belles tenues traditionnelles pour faire les prières d’Al Ichae et Taraouih à la mosquée. Les lieux de culte connaissent une grande affluence pendant ce mois sacré. Les femmes et les jeunes filles fréquentent de plus en plus la mosquée au cours de ce mois.
Les femmes au foyer tiennent à rester éveillée pour préparer le pain du S’hour. Et c’est «Dakak» qui sera chargé de frapper aux portes pour réveiller les habitants des quartiers pour prendre leur repas avant la prière  d’Al Fajr. Il sera suivi tout juste après par le Tabbal. 
Les Tétouanais gardent encore d’anciennes traditions liées au mois de Ramadan. L’enfant qui jeûne pour la première fois doit observer certains rites au moment de la rupture du jeûne. La maman doit préparer un repas de fête au petit jeûneur en présence de toute la famille et des amis. Mais, il doit d’abord monter sur une échelle pour rompre son jeûne  avec du lait et des dattes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *