Un festival qui se veut à la hauteur des Casablancais

Un festival qui se veut à la hauteur des Casablancais

«Casablanca est une grande ville internationale aujourd’hui. Elle est multi-culturelle et multi-générationnelle, donc on lui doit absolument un festival à sa hauteur», a indiqué lors d’un point de presse tenu récemment à Casablanca, Farid Bensaïd, le nouveau président du festival et de l’association Forum Casablanca organisatrice de l’événement. Et l’ambition de Farid Bensaïd est de faire évoluer le festival Casa Music du 16 au 19 juillet, en lui donnant une nouvelle orientation et une nouvelle identité tout en gardant son aspect populaire. «Nous souhaitons que ce festival soit porté par les entreprises casablancaises. On veut vraiment que les Casablancais s’approprient ce festival», a souligné M. Bensaïd et d’ajouter: «En plus des partenaires du festival, les entreprises siégeant à Casablanca doivent porter Casa Music de manière beaucoup plus volontariste». Lors de ce point de presse, plusieurs éléments de l’organisation de cette 5ème édition ont été débattus, notamment le nombre de scènes qui a été restreint cette année à quatre, au lieu de sept lors de l’ancienne édition ainsi que la sécurité. «Nous avons restreint le nombre de scènes pour  rehausser la qualité des spectacles et permettre une meilleure répartition du public et des artistes dans la ville», a expliqué M. Bensaïd. Ainsi, ces scènes accueilleront des têtes d’affiche nationales et internationales.
Entre une trentaine d’artistes de cultures musicales diverses, on cite la diva marocaine Naïma Samih, la star du chaâbi Saïd Senhaji, la Libanaise Carole Samaha, Sharleen Spiteri l’ex-chanteuse du groupe Texas, Busta Rhymes, une figure incontournable du rap américain et le célèbre chanteur de R’n’B Graig David. D’une grande capacité d’accueil, les quatre scènes du festival sont la scène Corniche El Hank, Place Rachidi, scène Sidi Bernoussi et la scène Ben M’Sick. Cette dernière peut accueillir jusqu’à 250.000 personnes. «La sécurité est un dossier sur lequel nous travaillons et nous y avons travaillé en profondeur», a fait savoir M. Bensaïd. «Tout est fait en amont. Les autorités de la ville, le préfet de police à leur tête, prennent en charge l’ensemble de la sécurité et il y a d’autre part un accompagnement par un organisme international spécialiste dans la sécurité des grandes manifestations», a-t-il fait savoir. Pour sa part, Adnane Zougari Laghrari, assistant de production, a énuméré les divers dispositifs de sécurité entrepris dans l’organisation du festival. Il a noté l’application des règles internationales notamment ERP (établissement recevant du public) norme 3 prévoyant un espace d’un mètre carré pour 3 personnes. Il a mentionné le nombre d’unités de passage qui est de 3,70 m par cent personnes  et établi en concertation avec les autorités. Il a également cité entre autres mesures concrètes, la démolition  de murs et la suppression de grillages notamment dans la scène de Ben M’Sick. Il a conclu son exposé en donnant l’exemple lors du concert de Khaled l’an dernier (270.000 spectateurs) où la dislocation s’est faite en 10 minutes sans la moindre complication. Ainsi, outre ces mesures, et avec une programmation diversifiée et éclectique, les organisateurs veulent tout mettre de leur côté pour faire de ce festival la fierté de tous les Casablancais.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *