Un ftour spécial

Un ftour spécial

Garder la forme, ne pas trop changer ses habitudes, ce sont les deux mots d’ordre de Abdelouhab Doukkali durant le mois de Ramadan. D’ailleurs, l’artiste, comme tout au long de l’année, consacre la majorité de son temps à sa famille et surtout à l’éducation de son fils Nour, âgé de six ans. Abdelouhab Doukkali débute ses journées en accompagnant son fils à l’école. Lui achète son goûter. Un rituel qui lui offre un plaisir que seul les pères sont capables de ressentir. En rentrant à la maison, il s’assure si rien ne manque dans le réfrigérateur. Faire les courses est une mission que notre artiste vénère. Ça lui permet de rester en contact permanent avec les gens surtout avec son public. Ça lui permet aussi de faire de l’exercice, question de garder la forme. «Faire le marché me donne l’occasion de marcher. Tout le monde sait que pour rester en forme, il faut, bien entendu, faire régulièrement de l’exercice», nous dit-il.
Se maintenir en bonne santé est une priorité pour Abdelouhab Doukkali. Nos habitudes durant le mois sacré changent. Surtout lorsqu’il s’agit de l’alimentation. Pour lui, il faut manger de façon intelligente pour éviter les problèmes gastriques. «Au mois de Ramadan, on ne trouve pas moins d’une vingtaine de choses sur les tables marocaines les plus modestes : H’rira, soupe, crêpes, gâteaux,…etc. C’est normal que beaucoup de gens aient des problèmes d’estomac. On peut manger tout à condition d’équilibrer notre repas», nous a-t-il déclaré. Abdelouhab Doukkali commence son ftour par une bonne gorgée d’eau. Pas dans un verre mais plutôt dans un bol en terre cuite vernie en huile de cade.
«Je préfère boire de l’eau dans ce bol car il me procure une fraîcheur que je sens descendre dans mon corps. Et ça me donne du plaisir», avoue-t-il.
Abdelouhab Doukkali préfère aussi boire de la soupe au lieu de la H’rira. Ensuite, il enchaîne avec un plat de légumes. Et pour couronner le tout, il boit un verre de thé ou encore une tasse de café.
Hormis ses préoccupations en tant que père de famille, Abdelouhab Doukkali passe les journées de Ramadan en travaillant sur son ordinateur et en naviguant sur le Net. Il estime que c’est un excellent outil d’apprentissage. Une fenêtre ouverte sur le monde.
Pour Abdelouhab Doukkali, Ramadan est aussi une période de recueillement. C’est un mois béni. «Comme tout le monde le sait, Ramadan est un mois sacré qui doit être consacré au recueillement. Un mois béni par Dieu», dit-il.
Même dans la lecture du Coran, Abdelouhab Doukkali se dit exigeant. Il ne conçoit pas l’idée de lire sans comprendre. «Durant ce mois, je lis souvent le Coran. Mais pas la lecture pour la lecture. J’essaie aussi de comprendre les enseignements du livre sacré. Hélas, lorsque j’étais petit, on apprenait le Coran par cœur, mais sans le comprendre. C’était malheureux. Un jour en révisant avec mon fils, je m’aperçois que dans son manuel scolaire il y avait les explications des versets coraniques. J’ai trouvé ça magnifique. D’ailleurs, je félicite les gens qui ont accompli un tel travail». Il ajoute : «J’ai même une version du Coran traduite par Denise Masson que je lis souvent. Un livre que le défunt m’avait dédicacé en personne. Pour moi, c’est la meilleure traduction du Coran», poursuit-il. Abdelouhab Doukkali préfère passer les soirées ramadanesques chez lui en regardant la télévision. Ce géant de la chanson marocain a un faible pour le cinéma, surtout pour les films de Western du genre spaghetti.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *