Un Ramadan plein de délices

Un Ramadan plein de délices

«Hoçgeldin Ramazan ! », c’est en ces termes que les Turcs souhaitent la bienvenue à ce mois sacré du Ramadan. En Turquie, ce mois se passe différemment selon que l’on est dans une grande ville ou dans une petite cité. C’est ce qu’annonce à ALM, Akin Algan, ambassadeur de Turquie au Maroc. « Vous savez, la Turquie a adopté depuis très longtemps un système laïc. C’est pour cette raison que le Ramadan est vécu d’une manière différente si l’on compare les habitants des grandes villes avec ceux de la campagne », dit-il sur un ton convivial. Et d’ajouter : « c’est ainsi que dans les métropoles, les restaurants restent ouverts à longueur de journée et la vie continue comme s’il s’agissait d’une journée ordinaire. Dans la campagne, par contre, on sent vraiment le Ramadan. Il faut souligner aussi qu’en Turquie, il y a un respect mutuel entre ceux qui jeûnent et ceux qui ne jeûnent pas».  Le respect de l’autre est d’ailleurs l’un des enseignements du Ramadan. Mois de spiritualité et de sérénité, il est également une occasion pour les Turcs de faire connaissance avec des objets supposés avoir appartenu au Prophète Sidna Mohammed. «Nous avons des mosquées qui gardent soigneusement et depuis des siècles des choses du Prophète. Lors de ce mois uniquement, ces mosquées les exposent au grand public. Il s’agit là d’une occasion que les fidèles ne ratent pas », indique avec amabilité M. l’ambassadeur. Avec nostalgie, il raconte comment les familles turques se préparent à l’arrivée du Ramadan : «avant le début de ce mois, les familles s’approvisionnent essentiellement en denrées alimentaires. Il faut dire que la consommation atteint son pic durant ce mois, que l’on appelle également en Turquie le roi des mois de l’année». Sur le même ton chaleureux, il parle de la société turque et souligne qu’à l’heure de la rupture du jeûne même ceux qui ne font pas le Ramadan tiennent à assister à ce repas.  C’est ainsi que pour aussi bien les jeûneurs que les non-jeûneurs, le ftour est un moment de convivialité où l’on savoue les milles et un délices de la gastronomie turque. La carte culinaire de ce pays est certes des plus riches et appétissantes à travers le monde. Connue et reconnue internationalement, la cuisine turque est célèbre pour ses mets succulents et ses confiseries originales.
«La fête de la fin du Ramadan qui dure trois jours en Turquie est une opportunité pour certains de voyager et découvrir d’autres villes. Il y a, en fait, un engouement envers les stations balnéaires et cela profite bien à la machine économique», tient à préciser ce diplomate chevronné. À noter que l’annonce de la fin de ce mois ne se fait pas de la même manière que les autres pays musulmans. Les Turcs n’attendent pas l’observation de la lune ni pour déterminer le début ni pour la fin : «chez nous, les dates sont calculées auparavant ! Nous pourrons même savoir le début et la fin du Ramadan qui arrivera dans 10 ans!».   Au Maroc, Akin Algan est ravi d’être invité aux causeries religieuses organisées par le Roi Mohammed VI : «c’est un privilège que les autres ambassades n’ont pas. Je suis vraiment honoré de pouvoir participer à ces causeries religieuses présidées par le Roi et qui traitent de diverses questions».  Il note aussi que les activités diplomatiques connaissent un changement notamment dans les horaires des réceptions. «Depuis deux semaines, les dîners diplomatiques ont cédé la place aux ftours !», précise-t-il, tout en souriant.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *