Un Ramadan tout en culture à Casablanca

Un Ramadan tout en culture à Casablanca

Des pièces de théâtre, des spectacles musicaux, des soirées poétiques en arabe, amazigh et en dialecte ou des projections cinématographiques sont au rendez-vous de la 4ème édition des nuits culturelles «Ramadniat Al Baida». Cet événement a démarré jeudi 19 août et se poursuit jusqu’au 5 septembre à Casablanca. À l’origine de cette initiative, la Coalition marocaine de la culture et des arts et l’arrondissement de Sidi Belyout, en partenariat avec le conseil de la ville et le soutien du ministère de la Culture et du Théâtre national Mohammed V à Rabat. Plusieurs espaces accueilleront cette manifestation culturelle et artistique en ce mois sacré, on cite l’École des beaux-arts, la Skala, le complexe culturel de Sidi Belyout, la coupole du parc des Nations unies ainsi que des espaces improvisés en plein air. Entre la musique gnaouie, chaâbie, ou la musique de la nouvelle scène, plusieurs artistes se produiront à Casablanca. On cite entre autres Hatim Amour, Nabila Maan, Fatima Ezzahra Laâroussi, le groupe Siham, Bnat Lemachaheb et autres. En ce qui concerne les soirées poétiques, elles seront animées par Aïcha Basri, Mohamed Bentalha, Assia Al Warda, Mohamed Moukhliss ou encore le poète soussi Mohamed Mahou. Cette 4ème édition sera marquée par la présentation de la pièce de théâtre «Naker Lahsen» de la troupe Tansift, mise en scène par Hassan Hammouch et interprétée par Abdellah Didane, Dounia Boutazout, Hanane Ibrahimi et Mohamed El Ouaradi. Une nuit dédiée aux romanciers marocains, entre autres, Mohamed Azzedine Tazi, Mustapha Mesnaoui ou encore Mohamed Jabrane est également prévue. Les lectures des textes seront notamment données par l’actrice et réalisatrice Bouchra Ijourk et le comédien Abdelilah Ajil. Dans le même registre, une table ronde sous le thème «Casablanca vue par les romanciers» sera organisée le 23 août à la coupole du parc des Nations unies, en présence de Mohamed Souf, Abderrahim El Aalam, Tissir Lehssen Ahmama et Nourddine Sadouq. En clôture, le programme prévoit la finale du concours de déclamation du Coran qui se déroulera au complexe culturel de Sidi Belyout, lequel abritera durant le déroulement de ce festival une exposition sur la mémoire de Casablanca, ainsi qu’une exposition des œuvres du calligraphe Brahim Hanin. Notons que cet événement avait débuté par un hommage posthume au réalisateur et critique de cinéma disparu Nourredine Kachti , à travers la projection de son film «Making off Islamour» et «Les enfants terribles de Casablanca» (Oulidat Casa) du cinéaste Abdelkarim Derkaoui.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *