Une mosquée qui porte le nom de feu Mohammed V

Casablanca compte plusieurs mosquées qui ont constitué, au temps du protectorat, un abri pour les nationalistes et un lieu pour leurs rassemblements. Parmi ces lieux de culte, on évoque la mosquée El Mohammadi.
Situé dans le célèbre quartier des Habous, cet édifice religieux a été construit en 1935 (1355 de l’Hégire) par SM Mohammed V à ses propres frais. On raconte que le défunt Souverain l’a fondée par défi au colonisateur qui lui a refusé de visiter la célèbre mosquée Qaraouiyine de Fès. Il a donc ordonné que l’architecture de cette université serve de modèle à la nouvelle mosquée à laquelle il allait donner son nom.
S’étendant sur une superficie de plus 3600 m2, la mosquée El Mohammadi se distingue par son architecture hispano-mauresque qui ressemble à celle des mosquées Qaraouiyine et Al Andaous de Fès.
On trouve dans cet édifice religieux deux magnifiques fontaines placées au cœur des Sahns dans une grande cour.
Elle se distingue aussi par un des plus grands lustres (plus de trois tonnes) du Maroc et elle comporte un plafond en bois et des chapiteaux qui rappellent ceux de la mosquée Qaraouiyine.
Par ailleurs, Al Masjid Al Mohammadi est considéré comme l’un des lieux de prière qui connaissent une grande fréquentation surtout les vendredis et à l’occasion du Ramadan et des fêtes religieuses.
Cette affluence s’explique, selon certaines sources, par le fait que cette mosquée est bien aérée et éclairée et qu’elle peut accueillir jusqu’à 8000 fidèles.
Située dans le célèbre quartier des Habous, elle se situe à proximité de la mosquée El Youssoufi, construite en 1926 par le Sultan Moulay Youssouf et dont les travaux d’agrandissement ont été financés par un mécène ; en l’occurrence Haj Larbi Omar.
Au fil des ans, les mosquées Mohammadi et El Youssoufi qui sont proches  l’une de l’autre sont considérées comme des sœurs rivales. Leurs minarets dominent le quartier des Habous qui a été édifié au cours des années 20 sous la direction des architectes Albert Laprade, Auguste Cadet et Edmond Brion.
Ce quartier qui marie l’architecture traditionnelle à l’urbanisme moderne doit sa réputation à sa proximité avec le  Palais royal, construit dans les années 20.
Il abrite également un autre chef-d’œuvre; à savoir l’ancienne Mahkama du Pacha qui a été construite entre 1941 et 1952 sous la direction de l’architecte Aguste Cadet et qui dispose de 60 pièces s’articulant autour d’une grande cour et deux patios.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *