Une semaine dédiée au cinéma classique

Une semaine dédiée au cinéma classique

Pour ceux qui veulent découvrir une panoplie de films classiques, ne ratez pas l’occasion. Cinq films classiques venus de cinq pays seront projetés en 35mn, sur écran géant dans le jardin de la Villa des arts de Casablanca jusqu’à 9 juillet 2010. La semaine du film classique est l’intitulé de cette manifestation culturelle organisée par la fondation ONA en partenariat avec le Centre cinématographie marocain qui a débuté lundi 5 juillet. Le long métrage français «Le petit soldat»  sera projeté mardi 6 juillet à 21h00. Ce long-métrage  réalisé par le scénariste Jean-Luc Godard a été tourné en 1960. En 1958, la France doit faire face à la guerre d’Algérie. Bruno Forestier, déserteur, travaille en Suisse pour le compte d’un groupuscule d’extrême droite. Ses amis le soupçonnent de jouer le double jeu et le mettent à l’épreuve en lui ordonnant d’assassiner un journaliste de Radio Suisse… Ce film est interprété par Michel Subor, Anna Karina, Henri-Jacques Huet… En ce qui concerne le troisième film, il s’agit du long métrage classique américain «The Tragedy of Othello : The Moor of Venice», réalisé par Orson Welles et sorti en 1952. Il sera projeté mercredi 7 juillet à 21h00. Ce film décrit une histoire d’amour d’après William Shakespeare. À Venise, les succès militaires du général Othello, dit le Maure, et son mariage avec la belle Desdémone, fille du sénateur Brabantio, suscitent la jalousie et la colère. Iago, fidèle lieutenant d’Othello, va instiller le doute dans l’esprit de son général sur la fidélité de son épouse. Cupide, Iago ne cherche qu’à assouvir son ambition. Parmi les acteurs participants, on cite Orson Welles, Micheál Mac Liammóir et Suzanne Cloutier. Le cinéma égyptien sera présent lors de cette semaine avec le film «Gare centrale» dont la projection est prévue jeudi 8 juillet à 21h00. Réalisé par le grand Youssef Chahine en 1958 et écrit par Abdel Hay Abid et Mohamed Abou Youssef. Interprété par Youssef Chahine, Hind Rostom, Farid Chawqui, ce film dont la durée ne dépasse pas 95 mn relate l’histoire de Madbouli, propriétaire du kiosque à journaux de la gare centrale du Caire. Il découvre un vagabond boiteux, Kennawi, et l’engage comme crieur de journaux. Le cinéma marocain, cette fois-ci sera représenté par le film «Trace», de Hamid Bennani, réalisé en 1970. Il sera projeté vendredi 9 juillet à 21h00. Parmi les acteurs participants dans ce film, on cite Mohamed Kaghat, Tawfik Dada, Khadija Moujtahid, Abdelkader Moutaâ. Ce film qui porte la sourde rébellion intérieure du jeune Messaoud opprimé à la fois par son milieu familial et par une société sclérosée. Rappelons que le programme de cette manifestation a été inauguré par le film soviétique «Quand passent les cigognes» de Mikhaïl Kalatozov, réalisé en 1957. Ce long métrage raconte l’histoire pendant la Première Guerre mondiale de Véronika qui attend le retour de son fiancé Boris parti sur le front. Sans nouvelles, elle cède aux avances du cousin de celui-ci, un planqué peu glorieux, égoïste et distant. Délaissée, Véronika s’implique à sa manière dans le conflit en investissant son énergie à l’aide et au réconfort des soldats blessés rapatriés au pays. Elle prend conscience de l’horreur de la guerre. Parmi les acteurs de ce film, on cite Tatiana Samoïlova, Alexeï Batalov, Vassili Merkouriev.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *