Yacout Kabbaj : «Je baigne depuis mon enfance dans un univers artistique»

Yacout Kabbaj : «Je baigne depuis mon enfance dans un
univers artistique»


ALM- Comment évaluez-vous votre participation à cette 31ème édition du Moussem culturel d’Assilah ?
Yacout Kabbaj : Je viens de réaliser une fresque murale sur fond noir et dans un style assez minimaliste, épuré et contemporain. J’ai participé avec d’autres artistes peintres à la réalisation d’une peinture murale en hommage à Miloud Lbiad. Je participe, au cours de cette édition, à l’atelier de peinture. Et j’ai eu aussi l’occasion, avec d’autres artistes-peintres, d’être coachées par l’artiste portugais, David de Almeida. Lequel nous a appris la technique de gravure sur bois. C’est une nouvelle technique inventée par ce grand artiste portugais. Il s’agit d’un procédé écologique, car on n’y utilise ni acide ni produits toxiques.
 
Que peut apporter cette participation aux jeunes artistes-peintres comme vous?
Personnellement, c’est ma première participation au festival d’Assilah. Celle-ci reste la ville la plus engagée culturellement. Elle se transforme en une exposition urbaine ou plus encore en un Royaume qui réunit autant de peintres. L’art y est accessible à tous les gens dans les rues. Et le Moussem d’Assilah est une bonne opportunité pour les jeunes artistes-peintres. Il nous permet de rencontrer d’autres artistes de tous bords et tous horizons. D’autant plus que nous habitons, tous ensemble, sous le même toit. C’est une expérience qui reste très enrichissante aussi bien sur le plan humain qu’artistique. Car elle permet de renforcer le dialogue entre les artistes et d’échanger leurs points de vue et leur expérience dans le domaine professionnel.
 
En tant qu’artiste-peintre autodidacte, comment avez-vous fait pour développer votre passion pour la peinture ? 
C’est avec beaucoup de travail qu’on peut perfectionner notre passion. On doit lire,  faire des recherches et bien connaître l’histoire de l’art. On doit visiter des ateliers et expositions d’autres artistes. Il faut voyager principalement dans les grandes capitales culturelles étrangères. On doit travailler beaucoup sur des projets d’exposition. 
 
Avez-vous reçu du soutien d’anciens artistes-peintres ?
J’ai découvert ma passion pour la peinture quand j’étais encore petite fille. Mon défunt père était lauréat des Beaux arts de Paris. Donc, je baigne, depuis mon enfance, dans un univers purement artistique. Et j’ai eu la chance de faire une belle rencontre avec un professeur d’art plastique qui m’a pris sous son aile. Il  m’a fait prendre conscience de ma vocation. Et je m’estime heureuse d’avoir rencontré certains anciens peintres qui sont très généreux et prêts à transmettre leur savoir aux jeunes artistes et débutants.
 
Avez-vous des projets d’exposition?
J’ai d’exposé en mars dernier au siège de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) à Casablanca. Je me prépare pour exposer à la 14 ème édition de Biennale des jeunes créateurs d’Europe et de la Méditerranée qui aura lieu du 3 au 12 septembre à Skopje en Macédoine.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *