Yasser Arafat : L’honneur d’une nation

Yasser Arafat : L’honneur d’une nation

La Palestine a perdu son leader. Celui dont le nom s’est longtemps associé à sa lutte pour l’existence. Yasser Arafat est en effet mort jeudi à 2h30 GMT dans l’hôpital militaire de Percy de Clamart dans la banlieue palestinienne à l’âge de 75 ans. Personne ne sait exactement de quoi souffrait le leader palestinien. Une anomalie sanguine a été évoquée au tout début, laissant planer le doute sur une éventuelle leucémie. Hypothèse écartée par les médecins français de l’hôpital de Percy, auquel il a été transféré il y a une dizaine de jours. Les examens et analyses que le raïs palestinien a subis par la suite n’ont également rien décelé d’anormal ce qui a fait germé l’idée d’un éventuel empoisonnement.
L’annonce du décès d’Abou Ammar a provoqué des manifestations de douleur chez les Palestiniens du Proche-Orient. Même si elle était attendue depuis plusieurs jours en raison de la détérioration de l’état de santé d’Arafat, sa mort a plongé le monde arabe et musulman dans la tristesse et l’affliction. Des milliers de Palestiniens sont descendus dans les rues de la bande de Gaza et de Cisjordanie scandant en pleurs «Notre père est mort». Des hommes en armes ont tiré des coups de feu en l’air et des jeunes ont incendié des pneus sur la chaussée tandis que des versets du Coran étaient récités par mégaphones. Du côté israélien, la mort de Yasser Arafat n’a pas eu le même effet. Elle suscite même des espoirs d’un « tournant historique» dans la région comme l’a déclaré Ariel Sharon. Les autorités israéliennes, dans la crainte d’une explosion de violences dans les territoires, ont tout de même procédé au bouclage de la bande de Gaza et de la Cisjordanie où 40 jours de deuil ont été décrétés. Les grandes puissances ont également présenté leurs condoléances au peuple palestinien, Jacques Chirac, Georges W. Bush, Gerhard Schröder, Vladimir Poutine en tête. Cette annonce officielle a clos un feuilleton de déclarations contradictoires quant à son état de santé. Mort cérébrale, coma profond ou simples évanouissements répétitifs, les thèses avancées étaient nombreuses. Les proches du leader, sa femme Souha en tête, ainsi que les responsables de l’Autorité palestinienne ont multiplié les prises de bec, la première accusant les seconds d’enterrer son mari vivant pour assurer sa succession. Avec le décès d’Arafat, une réorganisation de tous les niveaux de l’Exécutif palestinien a été faite, en attendant la tenue des élections présidentielles dans les 60 prochains jours que durera l’intérim assuré par Raouhi Fattouh, président du Parlement.
Pour sa part, l’ancien Premier ministre Mahmoud Abbass a été élu chef de l’OLP, dont il était jusqu’à présent secrétaire général. L’une des principales composantes de l’organisation, Fatah en l’occurrence, elle est désormais présidée par Farouk Kaddoumi, célèbre pour avoir rejeté les accords de paix signés avec Israël et refusé de rentrer dans les territoires en 1994 au moment du retour triomphal d’exil d’Arafat. S’exprimant jeudi par téléphone sur la chaîne du Hezbollah, Al Manar, ce dernier s’est dit prêt à un dialogue politique mais également à la poursuite de la lutte armée. «La résistance est la voie à suivre pour parvenir à un règlement politique», a-t-il déclaré avant d’ajouter : «Nous ne disons pas que nous sommes capables de battre l’armée israélienne. Mais cette politique a été adoptée par l’OLP lorsque notre frère martyr Abou Ammar s’est exprimé devant les Nations unies en 1974». Le fondateur du Fatah et ancien président de l’OLP, a incarné pendant près de quarante années l’aspiration des Palestiniens à un Etat indépendant, doit être inhumé ce vendredi à Ramallah, au sein de la Moqataâ, son quartier général qu’il n’a pas quitté durant ces trois dernières années. Auparavant, des funérailles officielles auront lieu au Caire, ville où il est né en 1929. La capitale égyptienne a été choisie par la Ligue arabe, organisatrice de l’événement, pour permettre à tous les chefs d’Etat arabes d’y assister.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *