783 km en Nissan X-Trail : Un chameau à Mogador

783 km en Nissan X-Trail : Un chameau à Mogador

Des rues désertes, un temps plutôt caillant et une obscurité peu rassurante. Telles étaient les conditions dans lesquelles nous avons mis le cap vers Essaouira, au volant du Nissan X-Trail. Normal. Car, à 6 h du matin, ce jour-là et comme tous les samedis, Casablanca s’éveille tout doucement. Pourquoi un départ si tôt ? Pour vite arriver et pouvoir assister à l’arrivée du Rallye Aïcha des Gazelles. Un événement incontournable, auquel Nissan Maroc a pris part pour la troisième année en engageant un Patrol Outback et en sponsorisant son équipage.
Voilà pour l’explication. Quant à notre périple, il n’avait pas encore démarré que l’on commençait déjà à trouver des qualités au X-Trail. En effet, son gigantesque coffre (un peu moins de 500 litres sous tablette) avale non seulement tous nos bagages, mais dispose aussi d’un plancher ingénieusement compartimenté. Pratique pour y camoufler un ordinateur portable en toute sécurité.
On effectue tous les réglages : ceux des sièges (électriques à l’avant), du volant, des rétros… puis on insere quelques CD au chargeur de l’autoradio, qui peut en prendre 6 frontalement. C’est qu’on va faire des kilomètres, alors autant le faire en musique.
La clé de contact tournée, commence alors un trajet de pratiquement 200 km qui nous mène à El Jadida par autoroute, puis à Oualidia par la nationale côtière. Dans cette bourgade réputée pour ses fruits de mer et en particulier ses moules, c’est un petit déjeuner qui nous attend. Nous ne sommes pas encore fatiguée, d’autant plus que sur l’autoroute nous avons «levé le pied» tout en accélérant. Merci au régulateur de vitesse qui nous a reposé la jambe droite et préservé d’un excès de vitesse inopiné. Après un bon espresso, on a les yeux bien ouverts pour reprendre le volant du X-Trail. On change de CD par simple touche… Dommage, qu’il n’y ait pas de commandes audio au volant. En revanche, la qualité du son est remarquable. La chanson «New years’s day», qui figure sur l’un des tout premiers best-of de U2, donne en tout cas envie de monter le son et la cadence. C’est parti ! Les kilomètres se suivent et ne se ressemblent pas. Confort de marche, stabilité dans les virages, vigueur lors des dépassements… le nouveau X-Trail se savoure sur la route. Mais c’était sans compter sur «l’invité surprise» : la pluie. En fait, il a plus des cordes durant cette matinée du samedi. Et il est loin de nous cet arc-en-ciel qui nous a souri lorsqu’on quittait l’autoroute d’El Jadida. Le soleil a disparu, masqué par des cumulus chargés de gouttes et de grisaille. Peu importe, nous savourons la luminosité à bord, procuré par le toit panoramique en verre. C’est que notre modèle d’essai, un X-Trail 2.0 litres dCi disposait de la finition «Luxe», soit la plus chic du lot. Comme dans un nid douillet, nous sommes plaqués sur les sièges en cuir, dont nous enclenchons le chauffage d’assise. Un petit caprice de rien du tout. La route se fait longue, mais sa largeur est limitée. Du coup et lorsqu’on est face à un poids lourd «menaçant», on n’hésite pas à descendre légèrement et brièvement sur le rebord de la route.
Le 4×4 phare de Nissan brillerait-il autant en dehors des sentiers battus ? Nous trouvons notre réponse, en déboulant à l’aise sur la piste. A ce niveau, pas besoin d’enclencher la transmission intégrale du X-Trail et utiliser son système «All-mode i».
Midi passé d’une bonne demi-heure, nous passons les derniers virages à l’entrée d’Essaouira. La suite du programme? Un déjeuner au beau milieu des Gazelles enthousiastes et déchaînées. On croise Dominique Serra, l’organisatrice dudit rallye, puis quelques VIP, comme Valérie Bègue, ex-Miss France (2008). Le repas achevé, une bonne sieste nous attend dans un riad, lequel sera notre point de chute à Mogador. Après quoi suivra une rencontre avec les deux Gazelles parrainées par Nissan Maroc (lire ci-contre), puis un dîner de gala. Le lendemain matin, un petit tour dans les ruelles étroites de la ville nous montre qu’Essaouira est, quelque part, unique et féerique.
Un sandwich avalé, puis un café siroté, face à la mer s’il vous plaît, puis nous revoilà au volant du X-Trail. Mais pour le retour à Casablanca, c’est l’autoroute de Marrakech que l’on prendra. Mais timing oblige, on devra contourner la ville ocre via Chichaoua. Là encore, et pour des raisons de travaux, notre X-Trail se retrouve sur quelques surfaces non goudronnées : une longue piste, parsemée de bosses et de boue. Un jeu d’enfant pour le 4×4 cubique de Nissan. Jusqu’ici tout va bien, mais un passage à la pompe sera inévitable dans les heures qui suivent. Dotée d’un sixième rapport, la boîte de vitesses manuelle joue pour beaucoup dans la sobriété du moulin qui anime ce véhicule. Un quatre cylindres diesel common rail de 150 chevaux, fort d’un couple de 320 Nm et d’un appétit modéré au mazout. Sa conso moyenne tourne autour des 7 l/100 km en cycle mixte, mais peut descendre à 6, voire 5,5 l/100 km lorsqu’on évolue un bon moment à 80 km.
Ce fut le cas pour nous après avoir quitté l’autoroute, soit en rentrant dans le tissu urbain de la ville blanche. Auparavant, nous nous sommes arrêtés à une station-service pour ravitailler. Le compteur affichait alors plus de 600 km effectués avec le plein initial. Pas mal pour un véhicule qui n’est pas loin des 2 tonnes sur la balance.
Après un parcours total de 783 km, notre périple prend fin. Mais nous avons encore faims de conduite en X-Trail. Un 4×4 polyvalent et qui est finalement réussi à tous les égards. Accessible à partir de 325.000 DH, le X-Trail parachève l’idée positive que l’on s’est fait de lui.

DNES à Essaouira 
Jalil Bennani

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *