Afrique Câble investit 100 MDH pour recycler les batteries usagées

Afrique Câble investit 100 MDH pour recycler les batteries usagées

Afin d’accéder aux marchés des grands constructeurs automobiles

Une première au Maroc. Afrique Câble, spécialiste marocain des batteries automobiles, filiale du Groupe Ynna Holding, a obtenu l’autorisation par le ministère de l’environnement pour le recyclage et la valorisation des batteries usagées. Ainsi, Afrique Câbles, qui fabrique les batteries automobiles Electra, a investi plus de 100 millions DH pour renouveler son outil industriel et installer sa nouvelle unité «moderne» de recyclage. Un investissement qui va permettre d’augmenter la capacité de production et d’accéder aux marchés des grands constructeurs automobiles comme Renault, PSA et Ford. «Afrique Câbles a une responsabilité particulière dans la protection de l’environnement», explique Mohamed Lacham, directeur général.

Et de poursuivre que «c’est pourquoi, et dès la signature des conventions avec les ministères de l’environnement et de l’industrie, nous nous sommes attelés à moderniser notre outil industriel et à recruter les ressources nécessaires pour lancer cette initiative d’envergure nationale et concrétiser notre engagement en faveur du développement durable». En effet, l’usine située à Bernoussi à Casablanca devient ainsi la première entreprise à détenir ladite autorisation. Cette plate-forme de 3 hectares permet de traiter environ 10.000 tonnes de batteries usagées et ainsi absorber une grande partie de celles qui le sont dans le circuit informel (plus de 18.000 tonnes).

À noter qu’Afrique Câble a également conclu des conventions avec des organismes publics ou privés dont l’Association «Izdihar», le «Centre de tri de Sidi Bernoussi» et ses clients pour la récupération des batteries usagées «dans des conditions permettant d’éviter des accidents susceptibles de nuire à l’homme ou à l’environnement». Pour rappel,  la ministre déléguée à l’environnement a signé en mars 2014, avec les producteurs de batteries une convention de partenariat pour la mise en place d’une filière de valorisation écologique des batteries usagées au Maroc. En octobre de la même année, le ministre de l’industrie, le ministre des finances et l’AMICA ont signé un contrat de performance écosystème «Batteries Automobiles» pour le développement de la filière batteries au Maroc tout en sécurisant l’approvisionnement en plomb dans le respect des exigences environnementales.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *