Ait Lafkih : “On n’est pas des opportunistes”

Ait Lafkih : “On n’est pas des opportunistes”

ALM : Qui est Madiva et quels sont les produits qu’elle propose sur le marché automobile marocain ?
Abdelmajid Ait Lafkih : Madiva, qui est l’abréviation de la Marocaine d’importation et de vente d’automobiles, est une société détenue à 100 % par le groupe Bernard Hayot (GBH). Il s’agit d’un grand groupe français déjà installé dans plusieurs pays et dont les domaines d’intervention sont la vente automobile et la grande distribution. GBH emploie 5.000 personnes dans le monde et réalise un chiffre d’affaires annuel d’environ 1,5 milliard d’euros Le Maroc constitue notre première incursion en Afrique. Notre choix a été porté sur une large gamme de produits, principalement des véhicules utilitaires, qui répond aux besoins du marché marocain en termes de motorisations, de prix et de conditions d’utilisation. Et c’est une gamme constituée de modèles appartenant à différents constructeurs chinois et s’étendant de la petite fourgonnette jusqu’au camion en passant par le pick-up et le minibus. On commercialise aussi des 4×4, dont le fameux Landwind.

Justement, comment s’est fait le démarrage de Madiva ?
En fait, Madiva a été créée en juin dernier, après une étude de marché relative à l’importation de véhicules de marques chinoises au Maroc. Nous avons retardé le lancement commercial pour plusieurs raisons. D’abord, pour que la structure soit totalement effective avec tous ses éléments : formation du service commercial, moyens humains et matériels du service après-vente et magasins de pièces de rechange. Ensuite, nous avons mis en place un stock de véhicules pour répondre à la demande. A côté de cela, nous travaillons sur un gros chantier qui est relatif au réseau de distribution. Valeur aujourd’hui, nous sommes présents dans les principales villes du pays. Notre objectif est de couvrir 90% du territoire marocain d’ici fin mars 2006.

Quelle est votre stratégie pour percer un marché fortement concurrentiel comme le nôtre ?
Tout d’abord, je tiens à signaler qu’on n’est pas des opportunistes qui sont là pour une durée déterminée. En s’installant au Maroc, Madiva vise avant tout la pérennité de ses actions.
Le secteur automobile marocain est très porteur. Vous pouvez le constater avec les chiffres de vente réalisés cette année. Maintenant, s’agissant de notre stratégie, nous allons l’axer principalement sur l’optimisation du réseau de distribution qui constitue notre force d’attaque. Rien ne sera laissé au hasard. Nous allons offrir sur nos véhicules une garantie de deux ans, pièces et main-d’œuvre. Par ailleurs, nous seront très compétitifs sur le plan tarifaire par rapport à la concurrence.

Dans le moyen terme, pensez-vous que les constructeurs chinois vont continuer à fabriquer des modèles sous licence, ou au contraire innoveront-ils en créant les leurs ?
Sur le plan du design, je pense que la révolution automobile chinoise est en marche. Il n’y a qu’à voir sur des sites Web locaux la foison de modèles qui existent et qui n’ont rien à envier aux véhicules européens et autres. Maintenant, en matière de motorisations, il est vrai que les constructeurs chinois continuent à s’approvisionner auprès de groupes japonais comme Mitsubishi, Suzuki et Isuzu, surtout pour ce qui est des Diesel. Ceci étant, certains constructeurs chinois sont en train d’investir massivement dans la fonction Recherche & Développement. Sur ce plan, je peux vous assurer que les résultats seront étonnants et rapides.

A votre avis, quel est le point fort d’une automobile «made in China» ?
Incontestablement, le rapport qualité/prix. Aujourd’hui, nos produits se positionnent, à qualité égale,  de 15 à 30 % moins chers par rapport à la concurrence. Mais derrière cet aspect, il y a aussi le coût de revient quotidien, que ce soit en termes d’utilisation, d’entretien ou de service après-vente.

Et la qualité dans tout cela ?
La qualité des voitures chinoises est en forte progression. Chaque jour, il y a une évolution par rapport à une question ou un aspect qualitatif. Comme je viens de vous le dire, les constructeurs chinois sont très réactifs. Et ils ne sont pas réputés uniquement pour fabriquer des chemises et des cravates bon marché… Ils savent aussi construire des aéroports, des autoroutes, etc. Et de notre côté, nous ferons tout pour que le consommateur change l’avis et les préjugés qu’il a sur la qualité des voitures chinoises.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *