Alfa Giulietta Sprint : Dolce vita…

Alfa Giulietta Sprint : Dolce vita…

Pendant les années 50, Alfa Roméo va adapter sa production à une politique industrielle plus moderne. Telle était la nouvelle stratégie de l’entreprise pour surmonter les difficultés subies par la Seconde Guerre mondiale. Dans l’esprit du constructeur milanais, une Alfa doit rester une voiture stimulante et accessible afin de répondre aux attentes d’un plus vaste public. En partant de cet objectif, Alfa Roméo lance la série 1900 dotée d’un moteur à 4 cylindres. Mais le cerveau de la marque milanaise, Satta Puliga, est encore plus ambitieux. Il décide donc de lancer une voiture alliant performance, comportement dynamique et faiblesse des coûts.
C’est comme ça qu’apparaîtra en 1954 la Giulietta Sprint, un petit coupé au look aguichant et aux motorisations modestes, s’adressant à un grand public. Très vite, la réalité dépasse les prévisions de Satta Puliga. La Giulietta fait un tabac au point d’obliger la marque à renforcer ses installations de production. La fabrication de la Sprint se fait alors tous azimuts afin de suivre la demande. Les atouts de la Giulietta se situaient tant sur le plan mécanique que sur celui de l’habitabilité. Bien qu’il s’agisse d’un «2+2», ses places avant sont très ergonomiques et ont été étudiées de façon à offrir une habitabilité correcte malgré les dimensions «comprimées». Le conducteur avait ainsi droit à des commandes au volant pour passer les vitesses, tandis que les suspensions avant indépendantes dispensaient un certain confort de roulement.
En revanche, (et les plus nostalgiques ne le nieront pas), la Giulietta rassurait moins par son freinage à tambour, d’autant plus qu’elle pouvait filer à près de 165 km/h. Enfin, pour profiter du retentissement de la Giulietta Sprint, Alfa Roméo poursuivit son succès à travers quelques variantes (berlines et cabriolet), lancées sur des différentes phases. La plus connue est sans aucun doute la déclinaison cabriolet, baptisée « Spider» et dont le créateur n’était autre que Pininfarina, qui était également chargé de sa production. Forte d’un grand succès commercial et social, la Giulietta Sprint est aujourd’hui encore un coupé très prisé par les collectionneurs et toujours aussi affectionnée par les Alfistes. Ils se satisferont désormais du dernier coupé GT, digne héritier de la Giulietta !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *