Amélioration de l’activité industrielle et des ventes: L’automobile tracte l’industrie

Amélioration de l’activité industrielle et des ventes: L’automobile tracte  l’industrie

Enfin, l’industrie se ressaisit! Après être passée par des moments difficiles, la productivité des entreprises marocaines reprend des couleurs. Ainsi, les résultats de l’enquête mensuelle de conjoncture, publiée par Bank Al-Maghrib, au titre du mois d’octobre 2015, indiquent globalement une amélioration de l’activité industrielle par rapport au mois précédent après une stagnation en septembre et deux mois consécutifs de baisse. En effet, avec une majorité des industriels qui font état d’une accélération des ventes et d’une hausse de la production par rapport au mois de septembre, l’industrie a repris le goût de l’embellie en ce dixième mois de 2015. De même, comparé au niveau du mois précédent, les évolutions de l’activité et de la demande se sont dynamisées.

La production s’améliore

La production s’est inscrite en hausse pour 45% des industriels participant à l’enquête avec un solde d’opinion positif de 23% au mois d’octobre 2015. Aussi, dans son analyse, Bank Al-Maghrib explique que cette amélioration en octobre a concerné l’ensemble des branches d’activité. Un constat qui reste valable dans toutes les sous-branches, à l’exception de l’«industrie automobile», la «cokéfaction, raffinage» et l’«industrie chimique» où les entreprises déclarent plutôt une stagnation de la production. En ce sens, la stagnation de la production de l’«industrie automobile» à des niveaux élevés traduit une certaine stabilité de l’activité qui même en conjoncture peu porteuse a continué à tracter l’industrie marocaine vers le haut.

Les ventes redémarrent

Par ailleurs, la banque centrale signale que les industriels sont majoritairement en accord sur la reprise des ventes. Ainsi, 45% d’entre eux font état d’une hausse et 25% d’entre eux d’une baisse alors que les ventes ont enregistré une stagnation pour les 30% restants. À ce titre, la banque centrale signale que les ventes globales, elles, se seraient inscrites en hausse dans l’ensemble des branches, à l’exception de la «chimie et parachimie» où elles seraient restées inchangées. Cette stagnation recouvre une baisse des ventes dans l’«industrie chimique» et une hausse dans la «fabrication d’autres produits minéraux non métalliques». En revanche, les ventes dans la «cokéfaction, raffinage» auraient stagné.

Reprise, mais…

Dans ces conditions, le taux d’utilisation des capacités (TUC) serait resté quasiment inchangé par rapport au mois de septembre, soit à 72%, recouvrant des évolutions différenciées par branche. En effet, si le TUC des branches «textile et cuir» et «électrique et électronique» aurait accusé une baisse, celui de la «mécanique et métallurgie» aurait affiché une hausse alors qu’il serait resté inchangé dans les autres industries. De même, le niveau du carnet des commandes est resté inférieur à la normale pour l’ensemble des branches industrielles.

Des perspectives optimistes

Au niveau de la demande, les industriels déclarent une augmentation des nouvelles commandes reçues en octobre dans l’ensemble des branches, à l’exception de la «chimie et parachimie», où les entreprises indiquent avoir reçu autant de commandes que le mois précédent. La part la plus importante des industriels indiquant une hausse de la demande a été constatée au niveau de la «mécanique et métallurgie», en liaison principalement avec les commandes de la «métallurgie» qui ont enregistré une hausse en octobre après une baisse le mois précédent.
Pour les trois prochains mois, les entreprises de l’ensemble des branches s’attendent à une amélioration de la production et des ventes. Cette augmentation concernerait l’ensemble des principales sous-branches, à l’exception de la «cokéfaction, raffinage» où l’activité devrait continuer à stagner.

Les industries mécaniques prospèrent

La production dans les industries «mécaniques et métallurgiques» aurait augmenté en octobre 2015, en liaison avec l’amélioration enregistrée au niveau des principales sous-branches. Dans ces conditions, le taux d’utilisation des capacités (TUC) a marqué une progression de 6 points passant de 58 à 64%.

De même, les ventes, aussi bien sur le marché local qu’étranger, se seraient accrues d’un mois à l’autre traduisant, principalement, la hausse dans l’«industrie automobile» et dans la «métallurgie».

En revanche, l’augmentation des ventes globales dans la sous-branche «travail des métaux» n’a concerné que les ventes à l’étranger, celles destinées au marché local auraient accusé une baisse. Pour leur part, les commandes reçues en octobre auraient augmenté par rapport à septembre, tandis que les carnets de commandes seraient restés à un niveau inférieur à la normale. Pour les trois prochains mois, les entreprises s’attendent à une hausse de la production et des ventes.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *