Audi A3 : Jamais 2 sans A3

Audi A3 : Jamais 2 sans A3

Le segment des compactes premiums a gâté ses adeptes cette année. Après la Série 1 de BMW et la Classe A de Mercedes, c’était au tour d’Audi de présenter la nouvelle génération de son A3. Lancée sur notre marché la semaine dernière, elle se renouvelle tout en gardant la ligne qui a fait son succès.
Si la Classe A a fait peau neuve pour sa nouvelle génération, l’Audi A3 se veut plus conservatrice et marque, comme beaucoup de modèles du Groupe VAG, une évolution plutôt qu’une révolution. S’inspirant de sa petite sœur A1, elle réinterprète les codes stylistiques que l’on reconnaît désormais sur tous les modèles de la marque pour essayer de s’en démarquer.
Dévoilée pour la première fois à la presse marocaine à Marrakech, en parallèle avec l’Audi Driving Experience que nous avons partagé avec vous dans ces pages la semaine dernière, elle révèle toute son élégance dans sa robe blanche alors qu’en noir, c’est son côté agressif et sportif qui ressort davantage. Il n’y a qu’à voir ses contours pour que cela soit confirmé. Plus racés et plus masculins, ils affichent clairement les intentions sportives de l’allemande. Les flancs sont accentués par une ligne Tornado que l’on retrouve le long des fenêtres et par une ligne dynamique qui marque le bas des portières. Pour afficher une allure à la fois compacte et puissante, la nouvelle A3 peut compter sur des lignes tendues et sculptées, accentuant son côté coupé, en attendant l’arrivée de la Sportback.
A l’avant, on retrouve tout naturellement la calandre Singleframe et les phares étirés avec le fameux Wing qui donne aux Audi un regard distingué auquel il est toujours difficile de résister.
De profil la couleur est annoncée avec, notamment, des rétroviseurs extérieurs, fixés sur la carrosserie des portières, évoquant ceux d’une voiture de sport. On retrouve cette impression sur la poupe également avec des phares effilés qui se prolongent sur le hayon pour une allure plus compacte. Grâce au becquet intégré au toit, l’A3 confirme, une nouvelle fois, son dynamisme et sa sportivité.
Dans l’habitacle, on reconnaît bien la touche d’Ingolstadt. Finition irréprochable, qualité perçue et technologie, rien n’est vraiment laissé au hasard. Le tableau de bord horizontal accentue la générosité de l’habitacle et intègre une fois encore les ventilateurs rappelant les réacteurs aéronautiques ainsi que des inserts décoratifs en volume qui soulignent le côté premium de l’allemande. Pour prolonger le côté sportif de la silhouette, les conducteurs peuvent opter, en option, pour des sièges Sport en cuir fin qui jouent également la carte du raffinement.  A l’arrière, la 3 portes offre à ses occupants une assise confortable et plutôt généreuse. Rabattable à 40/60, la banquette arrière disparaît facilement pour offrir au coffre un espace de chargement plus important. Toujours à la pointe de la technologie, Audi a équipé son A3 du GPS Advanced qui permet, grâce au MMI Touch, de commander les systèmes de navigation et de téléphonie de façon intuitive.
Sous la capot pas de 1.8 TFSI pour notre marché mais deux offres en diesel. Tout d’abord le 1.6 TDI de 105 ch dont le prix débute à 284.000 DH avec la finition Ambiente et qui peut être doté de la boîte S-Tronic à 7 rapports pour 30.000 DH de plus. Un autre TDI est proposé, c’est le 2.0 l de 150 ch proposé en automatique seulement et dont les tarifs démarrent à 340.000 DH.
Commercialisée un peu plus tard que ses rivales, reste à voir comment l’A3 va réussir à s’attirer les faveurs du public.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *