Audi S8 : Pour Pdg pressé

Audi S8 : Pour Pdg pressé

Dans le cadre de cette sensationnelle course à la puissance à laquelle s’étaient livrés, vers le milieu des années 90, les trois grands constructeurs allemands, Audi s’était illustré avec la S8, apparue en 1997. Variante sportive de son fleuron (l’A8), la S8 était capable de performances extraordinaires, proches de celles d’une Porshe 911 Carrera, pour un poids réduit à 1.700 kg grâce à une structure tout en aluminium.
Huit ans après, le constructeur basé à Ingolstadt revient à la charge, présentant la toute nouvelle S8, au Salon automobile de Tokyo. Une énième version qui se distingue esthétiquement par quelques artifices sportifs à savoir, une calandre chromée grillagée, un spoiler arrière intégré au couvercle de la malle, quatre embouts d’échappement elliptiques, ou encore des jantes de 20 pouces. Mais d’emblée, l’œil du commun la reconnaîtra par deux détails de carrosserie : le fameux «S» inscrit à l’arrière et surtout l’ insigne V10 griffant l’aile avant. Car, mécaniquement, la S8 a troqué son V8 Audi de 360 chevaux pour un dix-cylindres de 450 chevaux, d’origine Lamborghini (également propriété du groupe Volkswagen).
Mais attention ! Il ne s’agit pas d’une version sensée concurrencer la luxueuse, et non moins puissante, A8 W12. Car, si ces deux A8 disposent de la même cavalerie sous leur capot, celle-ci (la cavalerie) n’a pas été domptée de la même manière par les ingénieurs de la marque. En effet, affichant une cylindrée de 5204 cm_, ce bloc de 40 soupapes est certes le même moteur que celui de la Lamborghini Gallardo (avec toutefois 50 ch de moins), mais il profite d’un couple porté à 540 Nm grâce à la technologie FSI (injection directe d’essence). Une technologie 100% Audi, qui a déjà fait ses preuves notamment en compétition, à travers les monoplaces R8 triples vainqueurs aux 24 heures du Mans, ces dernières années. Résultat, la nouvelle S8 abat le 0 à 100 km/h en 5,1 secondes et atteint aisément les 250 km/h (vitesse de pointe limitée électroniquement). C’est ce qu’annonce Audi, qui insiste sur la technologie FSI, comme explication à la consommation moyenne contenue à 13,9 l/100 km.
Une prouesse pour un tel paquebot dont le poids est passé à 1940 kg. Normal, lorsqu’on sait qu’outre la transmission intégrale Quattro, la S8 (toujours faite en aluminium) «s’alourdit» d’une flopée d’équipements de confort et de sécurité, comme le double vitrage, les phares à éclairage dans les virages, ou encore un système audio et d’info-divertissement haut de gamme. Le tout dans une ambiance intérieure à la fois sportive et embourgeoisée, faisant la part belle à des matériaux aussi nobles que le cuir, l’aluminium et le carbone. Que de caractéristiques qui devraient saler la facture, tout en la justifiant pleinement. Enfin, avis aux amateurs fortunés: l’Audi S8 sera commercialisé vers la mi-2006.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *