Auto info : Bentley Continental Flying Spur : Limousine des managers pressés

Auto info : Bentley Continental Flying Spur : Limousine des managers pressés

Bentley Continental Flying Spur : Limousine des managers pressés
La marque Bentley ne semble pas suivre les pratiques courantes en automobile. En effet, à l’inverse des autres constructeurs qui sortent d’abord une berline avant de la décliner en version coupé, le prestigieux label britannique vient de révéler une limousine dérivé de son coupé, le Continental. Baptisée Flying Spur (traduisez éperon volant), cette limousine de grand luxe reprend en fait le nom d’une ancienne version de la Continental R, considéré au cours des années cinquante comme le coupé quatre places le plus rapide, mais également le plus confortable et raffiné de son époque. C’est ce qui fait aussi la particularité de la nouvelle Flying Spur, que le constructeur présente comme la limousine la plus berline et la plus rapide de son histoire, avec une vitesse de pointe de 305 km/h et le 0 à 100 km/h effectué en 5 secondes. De telles performances s’assimilent à celles d’une authentique GT et sont le fruit du W12 bi-turbo, issu du groupe Volkswagen (propriétaire de Bentley), mais retravaillé par les ingénieurs britanniques. Cette grosse mécanique (6.0 litres de cylindrée), forte de 557 chevaux de puissance est accouplée à une boîte ZF à six rapports et à commandes Tiptronic par palettes au volant. Pour suivre le pas, le châssis recourt à un acier ultra-rigide, tandis que la transmission se fait aux quatre roues de façon permanente. Des solutions techniques reprises au coupé Continental GT et permettant un comportement routier facilement qualifiable d’imperturbable. Esthétiquement, la Flying Spur mise sur des lignes élégantes, mais empruntes d’une certaine discrétion. Elles sont le travail du designer belge Dirk van Braeckel qui, à ce titre, a déclaré : «Personne ne conteste le fait que les Bentley sont beaucoup moins ostentatoires que leurs concurrentes de la même gamme de prix». A l’intérieur, les passagers arrière ont droit à un traitement royal : longueur aux jambes remarquable, sellerie ultra-confortable et pléthore d’équipement high-tech (installation multimédia, climatisation à quatre zones…). Ciblant des P-dg, hommes d’affaires et autres acheteurs de limousines, la Bentley Continental Flying Spur sera commercialisée dans quelques mois à un prix non encore fixé, mais probablement oscillant entre 150.000 et 200.000 euros.

Cadillac DTS Presidential Limousine : Exclusivité temporaire pour M. Bush
Ayant eu lieu la semaine dernière, l’investiture du président américain Georges Walker Bush pour un second mandat, restera probablement l’un des événements marquants de ce début d’année 2005. Et pour cause, elle a fait l’objet d’une cérémonie fastueuse, ayant coûté la bagatelle de 40 millions de dollars, avec entre autres des feux d’artifices, de nombreux invités de marque et une grande parade savamment orchestrée sur la «Pennsylvania Avenue» à Washington. Une parade qui a également été l’occasion pour Monsieur Bush d’étrenner sa toute nouvelle limousine, concoctée par General Motors.
Plus exactement, il s’agit de la Cadillac DTS Presidential Limousine, qui comme son nom l’indique et comme l’exige le rang du personnage auquel elle est dédiée, est une limousine sur mesure pour chefs d’Etat. Pour l’heure, GM a refusé d’en dévoiler les détails (coût, nombre d’exemplaires en production…), et ce, en vertu de l’accord passé avec le gouvernement américain pour cette voiture hors norme. Néanmoins, on sait d’ores et déjà que ce véhicule, aux dimensions très généreuses et à la robe noire, bénéficiera de systèmes de communication sophistiqués, mais aussi de tous les raffinement de confort possible sur une quatre-roues.
En effet, l’habitacle peut accueillir six passagers et au-delà de permettre au président de recevoir ses hôtes dans un environnement dominé par le cuir et le bois, dissimule aussi un bureau escamotable, histoire de mener à bien les affaires de l’Etat. Sécurité oblige, l’auto aura droit à un attirail de protection des plus aboutis avec bien entendu des panneaux de carrosserie blindés et un vitrage ultra-épais renforcé. Au-delà de son standing et de ses caractéristiques, la Cadillac DTS réserve aussi au président américain un certain privilège de primeur et d’exclusivité, puisqu’elle ne sera présentée officiellement, qu’à partir du mois prochain au Salon de l’auto de Chicago, avant d’être commercialisée en 2006. Rien d’étonnant dans cela, puisqu’il s’agit là d’une tradition pour General Motors qui, depuis le début du vingtième siècle, fabrique des Cadillac spécialement pour le résident de la Maison-Blanche, ainsi que d’autres dignitaires du reste du monde.

Porsche Cayenne : Peut-être une convertion à l’électricité
Preuve que les temps changent, le dernier Salon de Detroit a bien confirmé les voitures à double motorisation (classique et électrique) commencent à trouver leur place sur bien des marchés. C’est le cas notamment aux Etats-Unis où les ventes de ce type de véhicules se sont envolés en 2004 avec 65 000 modèles écoulés. Le célèbre cabinet d’études américain J.D. Power a même estimé à 500.000 unités le marché américain des véhicules hybrides d’ici 2008. Du coup, ces véhicules dont le succès découle du renchérissement du prix du pétrole et de la pression des écologistes, attisent la curiosité et l’intérêt des autres constructeurs. C’est le cas de Porsche qui réfléchit actuellement à une éventuelle motorisation hybride pour son fameux tout-terrain, le Cayenne. C’est ce qu’a avancé Robert Carlson, un des responsables de la marque sportive, déclarant : «Nous réfléchissons, depuis peu, à la possibilité de développer une version hybride du Cayenne, cette technologie apparaissant plus pertinente sur ce tout-terrain que sur les modèles de sport». La technologie dite «hybride» consiste à associer un moteur électrique (non polluant), pour la conduite en ville, à un moteur à essence traditionnel qui se déclenche dès que la voiture prend de la vitesse pour la conduite sur route. Porsche, qui après de fortes progressions en 2003 et 2004 est devenu le constructeur le plus rentable du monde, a réalisé l’an dernier les meilleures ventes de son histoire aux Etats-Unis et au Canada, avec plus de 33.000 véhicules écoulés. Et c’est justement le Cayenne qui est à l’origine de ces performances commerciales, puisqu’il s’en est vendu 19.134 unités en 2004, soit 40 % de plus qu’en 2003. Contrairement à des informations avancées par des médias récemment, Porsche ne ferait pas appel à l’expérience de Toyota, leader dans le développement et la vente des véhicules hybrides avec sa Prius. En effet, le constructeur pourrait bien compter sur les compétences de ses propres ingénieurs motoristes pour réaliser la version hybride de son 4×4. Cependant, il s’est refusé à donner un délai pour une décision, ou pour une échéance concernant la sortie de ce modèle. Une décision, qu’il serait judicieux de mûrir lorsqu’on sait que seulement 5 800 véhicules hybrides en été vendus en Europe en 2004.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *