Auto infos

Toyota du Maroc : nomination d’un nouveau DG
Depuis le lundi dernier, Adil Bennani est le nouveau Directeur général de Toyota du Maroc (TDM). Il succède à Abdelhamid Yala, qui, lui, a été promu Directeur général pour l’Afrique (hors Egypte et Soudan) au sein du Groupe Abdulatif Jameel.
Diplômé de l’Ecole supérieure de gestion Paris et de la Sorbonne (Paris) où il à obtenu un DESS en management des entreprises et après 6 années d’expérience professionnelle en France, M. Bennani avait intégré Toyota du Maroc en 1998 en tant que responsable de l’unité pneumatique, avant de devenir la même année directeur de la marque Daihatsu. Il sera ensuite chargé de plusieurs grands projets, notamment le développement et l’extension du réseau des succursales (Rabat, Marrakech, Tanger), ainsi que la réalisation du gigantesque siège de TDM à Casablanca. En 2001, il est nommé directeur marketing et commercial pour Toyota, Lexus et Daihatsu puis Directeur général pour le marketing et l’import en 2003.
Depuis cette année-là, c’est tout un travail d’image de marque qui a été accompli pour Toyota, qui devient en 2004, numéro 1 des importateurs de véhicules dans le Royaume. Agé de 33 ans, Adil Bennani est marié et père de deux enfants. Il est aujourd’hui le plus jeune DG dans le secteur automobile au Maroc.

Peugeot 1007 : des ventes en deçà des objectifs
En France, PSA (Peugeot-Citroën) vient d’annoncer qu’il allait réduire de moitié les volumes de production de la 1007. Et pour cause, celle-ci serait bien loin de pouvoir atteindre ses objectifs de ventes initialement fixés à savoir, 130.000 unités en année pleine. La production de ce minispace va donc passer de 300 à 150 exemplaires par jour. Du coup, la direction de la marque au lion a décidé, annonce son communiqué, le «non renouvellement fin décembre de 550 contrats d’intérimaires et le reclassement de 150 CDI (contrats à durée indéterminé)» sur son site de Poissy.
Mécontent, le syndicat des ouvriers estime regrettable de se débarrasser de jeunes motivés au lieu de monter un plan social visant à laisser partir en pré-retraite les salariés de plus de 55 ans. Quant aux méventes de la 1007, elles ne sont pas si inattendues, malgré toute l’originalité du véhicule (portes coulissantes, ambiances intérieures interchangeables). En fait, si la 1007 ne se vend pas si bien que Peugeot ne l’espérait, c’est surtout à cause de ses prix, souvent jugés élevés par la clientèle (à partir de 13.750 euros). Ceci étant, on rappelera aussi que la concurrence ne parvient pas à faire mieux. En effet, le Modus de Renault, comme l’Idea de Fiat peinent aussi sur le plan commercial, avec des ventes tout juste moyennes. A croire que ces petits monospaces n’ont aucun avenir…

Smart Fortwo : traversée du Canada en dix jours
Au Canada, la filiale de DaimlerChrysler a été contactée par un journaliste du magazine automobile «Le Guide de l’Auto» afin de conduire une Smart Fortwo à travers tout le pays. Jusqu’ici rien d’extraordinaire et Mercedes-Benz Canada accepte de fournir le véhciule au rédacteur-essayeur. Sauf que c’était sans deviner que ce dernier avait en tête une idée plutôt insolite.  Plus précisément, Guy Desjardins (c’est le nom du pilote) entendait parcourir les quelque 6.500 km qui séparent la côte Est de la rive Ouest du pays et ce, en consommant moins de 300 dollars canadiens (environ 2.300 DH) de diesel.
Un challenge relevé avec brio par Guy, qui avec sa copilote, va accomplir son périple de 6.587 km en tout juste dix jours, sans connaître aucune avarie mécanique. Une aventure impliquant de très longues journées de conduite, dans des conditions routières et climatiques variées et parfois difficiles. Le véhicule était une Smart Fortwo Cabriolet produite en série, c’est-à-dire nullement modifiée par le constructeur pour cette expédition. Leur itinéraire les mena successivement dans les villes de Victoria, Kamloops, Calgary, Moose Jaw, Winnipeg, Thunder Bay, Sault Ste-Marie, Ottawa, Québec, Edmonton, puis leur destination finale, Halifax. Ayant parcouru en moyenne 660 km/jour, la petite Smart à consommé une moyenne de 4,02 litres de Diesel aux 100 km, soit au total un budget de 268 dollars de carburant. Dans son carnet de bord, l’aventurier s’est dit satisfait quant aux prestations de sa Smart, motorisée par un petit 3 cylindres CDi développant la faible puissance de 41 chevaux ! Qui a dit que les Smart n’étaient faites que pour la ville ?

Futur Mercedes Classe G : «G» comme gros, voire gigantesque
Développé il y a bientôt 30 ans pour les besoins de l’armée allemande, le Classe G est un véritable 4×4, mais affichant un design carré devenu désuet au fil des ans. Mais les choses vont bientôt changer. En effet, voilà bien des années que Mercedes prépare son remplaçant. Ce dernier, prévu à la commercialisation pour 2006, sera dévoilé dans les semaines à venir. Performant et bien plus polyvalent que l’actuel Classe G, le nouveau s’inspire fortement du style de son petit frère, le Classe M, avec lequel il partage d’ailleurs plusieurs élements. Mais surtout, le futur gros 4×4 de la marque à l’étoile en impose avec ses dimensions (5,08 m de long, 1,92 m de large et 1,81 de haut).
Des proportions qui le classent dans le segment des Porsche Cayenne, Range Rover et autres Chevrolet Tahoe. On ignore encore tous les détails sur la palette exacte de ses motorisations, mais elles sera probablement puisée dans la large gamme actuelle. En revanche, on sait que le futur Classe G sera équipé d’une suspension pneumatique (Airmatic) à hauteur de caisse variable, afin d’accroître encore plus ses capacités de franchissement. Quant à sa présentation officielle, il est fort à parier qu’elle sera programmée pour le pochain Salon de Detroit, qui se tiendra en janvier prochain.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *