Automobile : Le nouveau virage du Maroc

Automobile : Le nouveau virage du Maroc

Le secteur automobile marocain prospecte le marché européen. Salaheddine Mezour, ministre de l’Industrie, du Commerce et de la Mise à niveau de l’économie, est parti à la rencontre des opérateurs mondiaux afin de leur présenter les potentialités de ce secteur.  Ainsi, le Maroc était présent en force lors de la journée des achats dans le secteur automobile. Dans l’après-midi du mardi 4 avril, M.Mezouar a même présidé la cérémonie de clôture de cette troisième journée.
Une manifestation internationale organisée tous les deux ans à Madrid et considérée comme la plus importante au niveau européen pour les marchés du secteur automobile. L’édition 2006 était placée sous le signe des « perspectives et tendances dans un contexte global ». Et s’agissant des perspectives du secteur automobile marocain, celles-ci ont été soigneusement détaillées par Salah Eddine Mezouar. Ce dernier a, en effet, présenté aux différents opérateurs mondiaux le potentiel de ce secteur.
Le ministre a notamment rappelé que le secteur s’appuie sur la présence de plusieurs sites d’assemblage majeurs en France, en Espagne et au Portugal.
Des sites accessibles donc en moins de 3 jours de transport par camion depuis Tanger et qui produisent chaque année près de 7 millions de véhicules et absorbent plus de 100 milliards d’euros de matières premières et équipements.
Le Maroc serait ainsi, avec sa combinaison favorable de coûts, de facteurs de production et de proximité logistique, en bonne position pour bénéficier des projets actuels d’élargissement du rayon de sourcing engagés par les équipementiers et constructeurs (projets Global Sourcing et Low Cost Sourcing). Selon M. Mezouar, « le Maroc peut tabler sur un marché accessible de 14 milliards d’euros sur les 100 milliards consommés en France, en Espagne et au Portugal. A ce potentiel, il convient d’ajouter l’assemblage et la rechange indépendante, qui recèlent aussi d’importantes potentialités ».
Selon les estimations du ministre de l’Industrie, du Commerce et de la Mise à niveau de l’économie, l’impact de ces potentiels se chiffrerait à 7-8 milliards DH de PIB additionnels et à 8-9 milliards DH pour la Banque centrale européenne (BCE). Il se traduirait, par ailleurs, par la création d’environ 45.000 nouveaux emplois directs (hors effets multiplicateurs) à l’horizon 2015. Le ministre s’est auparavant rendu, mardi dans la matinée, au siège du patronat espagnol où il a présenté le programme Emergence dans sa globalité devant les principaux opérateurs économiques et les plus grands groupes industriels ibériques.
Lors de cette rencontre, M.Mezouar a appelé à la consolidation de l’espace Euro-Med en général et à la mutation du partenariat maroco-espagnol en particulier, afin de passer d’une logique commerciale à une logique de production.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *