BMW fête ses 100 ans: Une épopée de géant

BMW fête ses 100 ans: Une épopée de géant

Si les amoureux de la BMW ont du mal à se rappeler ou du moins à prononcer correctement l’appellation d’origine «Bayerische Motoren Werke Aktiengesellschaft (BMW AG)» littéralement «Manufacture bavaroise de moteurs», ils ne sont pas prêts d’oublier que leur marque favorite fête ses 100 ans.

BMW-100ansDurant un siècle d’existence, la bavaroise n’a pas connu que des heures de gloire. Le constructeur bavarois a même échappé plusieurs fois à la disparition avant de redresser la tête à partir des années 1960. Depuis, la marque a traversé les crises sans jamais flancher. Aujourd’hui, pour son centenaire, elle récolte les fruits de sa persévérance ! Le Groupe BMW, qui compte aussi MINI et Rolls-Royce dans son giron depuis les années 1990, réalise actuellement des ventes historiques à en faire jalouser plus d’un. Les records de ventes en sont la plus belle démonstration.

Mais de toutes ces années d’existence, celle de 2015 restera particulièrement gravée dans les mémoires puisque le Groupe BMW y avait battu trois records historiques. Avec une croissance de ses ventes mondiales de l’ordre de 6,1% par rapport à 2014, le groupe allemand a pratiquement atteint les 2,25 millions d’unités écoulées l’an dernier. Concrètement, cela donne environ 1,9 million de BMW (+5,2%), 338.000 MINI (+12%) et 3.785 Rolls-Royce (-7%) vendues. Il est naturel que le chiffre d’affaires soit également impacté par ses ventes. Il est estimé à 92,2 milliards d’euros, pour un bénéfice avant impôt de 9,2 milliards et un bénéfice net de 6,4 milliards. Si l’on prend en compte uniquement le constructeur BMW, le bilan est tout aussi flatteur. En effet, la marque à l’hélice a fini l’année 2015 en tête des ventes sur le segment premium, devant ses grands rivaux Mercedes-Benz (1,87 million de véhicules vendus) et Audi (1,8 million).

Certes, concurrence oblige, chaque constructeur veut reprendre du poil de la bête et prouver son hégémonie. Ainsi, depuis le début de l’année 2016, Mercedes-Benz est parvenue à reprendre la tête des ventes sur le segment premium pour le premier semestre 2016 avec un peu plus d’un million d’unités écoulées, contre 986.557 pour BMW et 953.200 pour Audi.

Mais croire que la marque à l’hélice baissera la main serait une grosse erreur. Rapidement, elle a battu son record historique de ventes mensuelles en mars dernier, en franchissant pour la toute première fois la barre symbolique des 200.000 voitures écoulées (201.352 exactement). Si l’on prend en compte MINI et Rolls-Royce, ce chiffre monte à 240.659 véhicules. Pour en arriver là, et à l’instar de ses concurrentes allemandes, la marque a pu compter sur la croissance du segment premium et sur son implantation aux quatre coins du monde. Elle reste forte en Europe où elle réalise 40% de ses ventes, mais elle peut aussi compter sur la Chine (30%) et les États-Unis (22%).

Une voiture autonome très attendue

La célébration d’un centenaire ne se passe jamais sans laisser dans son sillage quelques surprises. BMW a organisé récemment une conférence au sein de son siège historique de Munich, où elle a précisé sa stratégie pour les dix prochaines années. Et comme on pouvait s’en douter au vu de ses dépenses en recherche et développement, le groupe va miser sur la voiture électrique, autonome et connectée. BMW a déjà esquissé sa vision de la voiture du futur, en dévoilant il y a quelques mois, l’étonnant concept Vision Next 100. Mais pour incarner l’avenir à plus court terme du groupe, son PDG Harald Krüger a annoncé l’arrivée d’ici quelques années d’une berline électrique sportive, «parfaitement interconnectée et autonome».
Pour parfaire ce projet, BMW a annoncé le mois dernier s’associer à Intel et Mobileye pour développer cette automobile autonome répondant au nom d’iNEXT. L’objectif est ambitieux, car le groupe bavarois espère la mettre en circulation dès 2021. Mobileye, qui travaille déjà avec Tesla, a mis au point une puce brevetée baptisée EyeQ5 qui traite et analyse les données nécessaires à la conduite autonome à l’aide de caméras et de capteurs.
Du côté d’Intel, le géant informtique devrait fournir des composants essentiels à la fabrication d’un tel véhicule, comme des processeurs, des puces pour la connectivité, des outils de sécurité… Une chose est sûre, malgré ses résultats historiques de ces derniers mois, BMW ne compte pas dormir sur ses deux oreilles. La marque peut encore espérer éjecter ses principaux concurrents de la course et faire cavalier seul en accaparant les plus importantes parts de marché d’ici la fin de cette année.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *